6 avril 2015 - Actualité

Déplacement à Izieu - Commémoration de la rafle du 6 avril 1944 et inauguration de l’extension de la Maison d’Izieu

 

Le Président de la République François Hollande s’est rendu dans la Maison d’Izieu, à l’occasion de la cérémonie de la commémoration de la rafle du 6 avril 1944. Dans la maison de Sabine et Miron Zlatin à Izieu (Ain) 41 enfants juifs âgés de 4 à 17 ans et 7 adultes furent arrêtés par la Gestapo sur ordre de Klaus Barbie et déportés vers les camps de la mort.
 
Accompagné de la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et du secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, et du délégué à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, Gilles Clavreul,  le Président de la République a inauguré une extension de la maison d’Izieu qui accueille chaque année 26.000 visiteurs dont de nombreux groupes scolaires.
 
« Je suis là pour les enfants d'Izieu, et pour les 11.000 enfants et les 64.000 adultes déportés en France pendant la Seconde guerre mondiale. Je suis là pour eux et tous les enfants martyrisés partout dans le monde, victimes du fondamentalisme religieux qui s'empare des peurs, au Kenya, en Syrie, en Irak, où des hommes, des femmes, des enfants sont pourchassés en raison de leurs traditions et de leur religion », a déclaré le Président de la République. Dans son discours, il a souligné l’importance du devoir de mémoire et de la transmission des valeurs républicaines.
 
Le Président de la République a rappelé le rôle essentiel de l’éducation en annonçant plusieurs mesures figurant dans le plan d’action 2015-2017 contre le racisme et l’antisémitisme et qui « fera une place essentielle à la mission éducative » : la mise en place d’un réseau de référents racisme-antisémitisme dans les établissements scolaires, la création d’un « portail » des lieux de mémoire, la rencontre entre un lieu de mémoire/une œuvre et les enfants, la formation des enseignants à la laïcité et à lutte contre les préjugés racistes et antisémites, un partenariat avec les acteurs de l’audiovisuel, ou encore la mobilisation de la réserve citoyenne.          
 
En ce lieu éminemment symbolique de la déportation, François Hollande a tenu à se recueillir sur « le théâtre d'un crime abominable », tout en rappelant que celui-ci représente soixante et onze ans après, « un symbole de mémoire et de fraternité ».
Enfin, le Président de la République a tenu a délivré un message alors même que ressurgit en France l'antisémitisme : « Le repli et le rejet sont des poisons mortels pout une nation. la France succomberait si elle y succombait », citant Albert Einstein « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ».