Admission post bac : une mobilisation renforcée pour les jeunes sans solution

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a présenté une communication sur la mobilisation autour d’Admission Post Bac (APB).
 
À la date du 21 juillet 2017, 541 204 candidats, sur les 642 135 inscrits sur la plateforme, ont reçu une proposition d’admission dans une filière d’enseignement supérieur correspondant à au moins l’un des vœux qu’ils avaient formulés. Le vœu n°1 de plus de la moitié des candidats a pu être satisfait.
 
Toutefois, à la même date, 65 431 candidats n’avaient pas reçu de proposition d’admission sur APB. Ils étaient 62 328 à la même période en 2016. Ces candidats peuvent néanmoins avoir eu une proposition dans une formation hors APB, un nombre significatif de filières ne passant pas par la plateforme.
 
La procédure dite complémentaire s’est ouverte le 27 juin. Au 21 juillet, 187 000 places étaient accessibles à l’ensemble des candidats dont le choix d’affectation n’est pas encore définitif. Ces places se trouvent dans des filières sélectives, comme les classes préparatoires aux grandes écoles ou les sections de technicien supérieur, mais également dans des licences universitaires et dans certaines licences en tension. 38 845 propositions d’admission ont d’ores et déjà été faites dans ce cadre.
 
Le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation poursuit son engagement aux côtés des futurs étudiants pour que le plus grand nombre puisse trouver une affectation dans l’enseignement supérieur. Le dialogue de gestion engagé à la demande de la ministre dès le début de la procédure se poursuivra jusqu’à la fin des admissions, le 25 septembre. Il a d’ores et déjà permis de trouver des places à de nombreux étudiants. D’ici la fin de l’été, les services académiques se rapprocheront de tous les candidats sans proposition afin de trouver des solutions adaptées. Le numéro vert « APB » sera prolongé tout l’été.
 
Pour que le système soit plus juste et plus efficace, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, a lancé le 17 juillet une concertation à laquelle ont notamment participé les présidents d’université, les organisations syndicales, les organisations étudiantes et lycéennes ainsi que les parents d’élèves. Cette concertation se poursuivra dès la fin du mois d’août, afin d’aboutir à des propositions concrètes qui pourront être mises en œuvre d’ici la rentrée 2018.