Préparation de la rentrée scolaire et universitaire

Le ministre de l’éducation nationale et la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ont présenté une communication relative à la rentrée scolaire et universitaire.
 
La première rentrée du quinquennat sera marquée par un nouvel état d’esprit, l’école de la confiance : l'école a confiance en ses élèves et fait confiance à ses professeurs.
 
Les mesures portées par le Président de la République pendant la campagne entrent en application pour favoriser la réussite des élèves, avec une attention spécifique aux plus fragiles.
 
A la rentrée, 2 500 classes de cours préparatoire des réseaux d’éducation prioritaire renforcé (REP+) seront dédoublées. L’enjeu est d’agir au plus tôt pour combattre efficacement la difficulté scolaire.
 
La réforme du collège est assouplie pour permettre aux équipes des établissements de choisir les parcours spécifiques qu’ils veulent créer. Les classes bilangues sont rétablies et l’enseignement du latin et du grec est valorisé.
 
Le dispositif « Devoirs faits » commencera au collège à compter des vacances d’automne et proposera aux élèves volontaires un accompagnement gratuit après la classe à l’école.
 
Enfin, l’organisation des rythmes scolaires est assouplie pour offrir des libertés nouvelles aux acteurs de terrain. Le champ des dérogations est étendu en ouvrant la possibilité d’un passage à la semaine de 4 jours, là où des consensus locaux émergent.
 
L’accompagnement des enfants en situation de handicap fait également l’objet d’une attention particulière, en lien étroit avec la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées. Pour marquer ce nouvel état d’esprit, la rentrée 2017 se fera « en musique » grâce aux orchestres et chorales scolaires chargés d’accueillir les nouveaux élèves.
 
La rentrée universitaire est marquée chaque année par un accroissement mécanique du nombre d’étudiants inscrits, de l’ordre de 40 000 à 50 000 étudiants.

L’accès au premier cycle au travers de la plateforme Admissions Post Bac (APB) conduit aujourd’hui à des filières « sous tension », dans lesquelles le nombre de places est insuffisant. Les candidats par conséquent sont tirés au sort. Ce dispositif sera revu pour la rentrée 2018. D’ici là, le Gouvernement prend toutes les mesures afin de permettre de satisfaire autant que faire se peut les premiers vœux des candidats. Le nombre de cursus sous tension a été réduit depuis la prise de fonction du Gouvernement. Néanmoins, tous les vœux émis par les bacheliers dits « vœu 1 absolu » ne pourront malheureusement être satisfaits pour la rentrée 2017. Pour y remédier dès la rentrée 2018, un « contrat de réussite étudiant » sera mis en place, après dialogue avec les organisations étudiantes, les organisations syndicales, les présidents d’universités et l’ensemble des communautés concernées. Ce contrat permettra de donner aux futurs étudiants les clefs de réussite dans l’enseignement supérieur.
 
Enfin, la réforme du Master, lancée par le précédent Gouvernement, a créé deux dispositifs nouveaux : chaque université a désormais la possibilité de recruter les candidats admis à l’entrée de chaque Master dans une plus grande cohérence, tout en garantissant le droit à chaque étudiant titulaire d’un premier cycle de poursuivre ses études en Master. Chaque étudiant qui n’a pas été admis dans le Master de son choix se verra ainsi proposer trois poursuites d’études possibles, dont une au moins dans son académie d’origine.