Le Premier ministre a présenté une communication relative à la méthode gouvernementale.

Le Premier ministre a indiqué qu’il s’agissait de revenir à un fonctionnement marquant l’autorité de l’Etat et prenant en compte le long terme, avec une triple exigence : l’exemplarité ; la collégialité ; l’efficacité.

L’exemplarité doit d’abord se traduire par le strict respect, par les membres du Gouvernement, de leurs obligations légales résultant de la loi du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique, ainsi que par un comportement modeste et respectueux de chacun, soucieux des deniers publics.

La collégialité s’inscrit d’abord dans le cadre du conseil des ministres. Celui-ci est le lieu institutionnel de discussion entre le Président de la République, le Premier ministre et les ministres. Il redeviendra le lieu privilégié d’échanges sur les politiques publiques et les réformes à conduire préalablement au moment de l’inscription des textes à l’ordre du jour.

La collégialité doit aussi présider aux travaux du Gouvernement. Chaque ministre est compétent dans le cadre du périmètre fixé par son décret d’attributions et il lui revient de mener dans son secteur la politique gouvernementale, tout en veillant à la bonne information de ses collègues. Le Premier ministre dirige l’action du Gouvernement ; il veillera à rendre des arbitrages après avoir pris le point de vue de chaque membre du Gouvernement qui devra ensuite appliquer ses décisions.

Dans un souci d’efficacité, les ministres s’appuieront sur leurs cabinets ministériels aux effectifs restreints et sur leurs administrations qu’ils doivent diriger. Ils travailleront avec leurs directeurs d’administration centrale qui seront nommés ou confirmés dans les six mois.

Les membres du Gouvernement doivent préparer, sur la base des propositions du Président de la République, une feuille de route pour les années à venir. Ces propositions serviront à l’élaboration du programme de travail du Gouvernement qui sera présenté par le Premier ministre dans le cadre de sa déclaration de politique générale devant le Parlement. Des programmes ministériels seront ensuite mis en place et une feuille de route adressée aux directeurs. Un point semestriel sera fait sur l’avancée des chantiers.