Déploiement du plan de sécurité publique

Le ministre de l’intérieur a présenté une communication relative au déploiement du plan de sécurité publique.
 
Menant, depuis 2012, une politique globale en faveur de la sécurité des français, le Gouvernement a pris en compte les enjeux et les défis auxquels les forces de l’ordre sont confrontées, poursuivant résolument leur renforcement et leur modernisation.
 
Comme l’a relevé le rapport des inspections générales des finances et de l’administration, 8 800 postes de policiers et de gendarmes auront ainsi été créés durant le quinquennat, puisqu’entre 2013 et 2016, 6 500 emplois temps plein ont été créés auxquels s’ajouteront les 2 300 postes en 2017. Dans la police nationale, 5 600 créations nettes sont venues s’ajouter aux recrutements consentis pour faire face aux départs programmés (notamment, les départs à la retraite, etc.). Dans la gendarmerie nationale, 3 200 nouveaux emplois auront été consacrés. Pour faire face à cet afflux massif d’élèves à former, les capacités des écoles ont été renforcées tandis qu’une nouvelle école de gendarmerie a été ouverte à Dijon en septembre 2016.
 
Ces nouveaux effectifs ont été affectés prioritairement dans les services et unités de sécurité publique, dans une approche globale ayant également conduit à renforcer les services de renseignement (580 pour le service central du renseignement territorial, dont 100 gendarmes pour les antennes du renseignement territorial, 1 175 pour la direction générale de la sécurité intérieure), les unités de forces mobiles (création de 22 pelotons de gendarmerie mobile et d’un escadron de gendarmerie mobile), les forces d’intervention (création de 7 nouvelles antennes du RAID et du GIGN) ou encore les unités d’observation et de surveillance des services d’enquête.
 
Plus encore, une importante remise à niveau des équipements des forces a été réalisée à travers le plan « BAC PSIG 2016 », désormais achevé, et le plan « Sécurité Publique » d’un montant global de 250 millions d’euros.
 
Dans le cadre de ce dernier plan annoncé le 26 octobre 2016, en plus d’un armement modernisé et adapté aux missions des unités d’intervention et de sécurité publique, ce sont 100 % des casques balistiques, des boucliers balistiques et des gilets porte plaques – soit 36 550 équipements - qui seront livrés avant fin mai. Plus de 18 300 gilets pare-balles individuels ont été remplacés depuis le 1er janvier 2017. Près de 29 700 extincteurs ont été distribués ainsi que 33 000 couvertures anti feu, 29 000 trousses de secours d’urgence et 60 000 étuis à port discret d’ici fin mai. Avant la fin de l’année, 4 000 véhicules disposeront, en outre, d’une protection renforcée des vitrages.
 
Comme le Gouvernement s’y était engagé, un travail important a été conduit afin de mettre un terme aux gardes statiques, redonnant de véritables marges de manœuvre aux services territoriaux. Ainsi, sur la trentaine de préfectures gardées jusqu’à l’an dernier, seules six vont bénéficier d’un délai complémentaire de quelques mois nécessité par la réalisation de travaux de sécurisation.
 
Enfin, les protocoles sociaux d’un montant de 865 millions d’euros sur la période 2012-2020, conclus au printemps dernier avec les organisations syndicales et les instances de concertation de la gendarmerie, se mettent en place conformément au calendrier fixé, reconnaissant ainsi l’engagement sans précédent des forces de sécurité.
 
La mise en œuvre du protocole nécessitait l’édiction de nombreux textes d’application, de niveau législatif et réglementaire. Au 15 avril 2017, la mise en œuvre du protocole est quasiment achevée.