Le Premier ministre a présenté une communication relative aux soixante ans du traité de Rome.
 
A quelques jours des soixante ans du traité de Rome, le Premier ministre a souligné l’importance que devait attacher le Gouvernement à la commémoration de cet événement.
 
Au niveau européen, les chefs d’Etat ou de gouvernement se rassembleront à Rome, le 25 mars, pour un sommet commémoratif auquel le Président de la République représentera la France et qui donnera lieu à l’adoption d’une déclaration commune. Il est essentiel que les Etats membres saisissent cette occasion pour dire leur fierté à l’égard de ce qui a été accompli depuis soixante ans et que leur horizon commun demeure, plus que jamais, européen. Cette date symbolique doit également permettre de réaffirmer l’unité indéfectible des vingt-sept, sans exclure la possibilité, pour ceux qui le souhaitent, d’aller plus loin dans certains domaines, tels que la défense, la fiscalité ou certains sujets sociaux pour continuer à faire avancer l’Europe.
 
Au plan national, le Gouvernement s’est mobilisé pour faire vivre cet événement important, alors que beaucoup de Français, sans renier leur attachement à la construction européenne, perçoivent parfois mal sa valeur ajoutée.
 
De nombreuses manifestations (colloques, expositions, rassemblements, conférences) sont organisées depuis plusieurs semaines et le seront tout au long de l’année, par la société civile (http://rencontres.touteleurope.eu/), comme par les membres du gouvernement et leurs services (http://www.touteleurope.eu/actualite/60-ans-du-traite-derome.html#anniversaire).
 
Outre les événements qui seront organisés partout en France, un document, élaboré en lien avec la Représentation de la Commission européenne en France, le Parlement européen et la Banque européenne d’investissement, rassemble « 60 belles histoires européennes », décrivant autant de réalisations concrètes de l’Union européenne au service des citoyens français. Ce document commencera à être diffusé d’aujourd’hui et sera également mis en ligne sur le site www.touteleurope.eu, et accompagné d’un entretien avec le Premier ministre.