Hébergement d’urgence – Plan grand froid

Le ministre de l’intérieur et la ministre du logement et de l’habitat durable ont présenté une communication relative à l’hébergement d’urgence et au plan grand froid.
 
Pour répondre à la nécessité d’un engagement fort en matière d’hébergement tout au long de l’année, le Gouvernement donne la priorité depuis 5 ans à la pérennisation des places disponibles pour une mise à l’abri digne et à la hauteur de l’accompagnement que tous sont en droit d’exiger. Les places d’hébergement disponibles ont augmenté de près de 50 %, les places pérennes se chiffrant aujourd’hui à 120 195 contre 82 000 en 2012.
 
Cette année, la concertation et la mobilisation des opérateurs, collectivités et associations aux côtés des services de l’État a déjà permis d’ouvrir au 8 janvier 10 336 places supplémentaires au titre de la période hivernale dont 8 797 étaient occupées à cette même date. Témoignant de la meilleure qualité de l’accompagnement accordé, les places dites exceptionnelles (en gymnase, salle communale…) ne représentent que 1,95 % du parc d’hébergement.
 
De manière complémentaire et exceptionnelle, en raison des prévisions de conditions climatiques qui touchent le pays, il a été demandé dès lundi aux préfets, en fonction des situations rencontrées et envisagées dans chaque territoire, de prendre localement les mesures adaptées et, si besoin, de renforcer :
 
  • les dispositifs d’urgence pour prévenir et porter assistance aux populations (mobilisation du samu social, renforcement des équipes 115, maraudes, …), les dispositifs de sécurité civile (notamment les associations agréées et les sapeurs-pompiers), les forces de l’ordre, les contacts avec les collectivités, notamment dans des zones très rurales ou isolées ;
  • l’ouverture de places d’hébergement d’urgence complémentaires en étroite collaboration avec les collectivités ;
  • la communication en direction de la population pour se protéger du froid (affiches du ministère de la santé), prévenir les risques d’intoxications au monoxyde de carbone  (éviter les groupes électrogènes dans les lieux de vie en ou connexion directe avec ces locaux….), prévenir les risques d’incendie susceptibles d’être causés par les appareils de chauffage d’appoint ;
  • la coordination avec les Agences régionales de santé pour la prise en charge sanitaire, et une éventuelle montée en puissance des dispositifs ;
  • la coordination avec les opérateurs d’énergie pour évaluer et anticiper toutes conséquences sur les réseaux, notamment électriques. 
Un point de situation est réalisé quotidiennement pour s’assurer de l’ensemble des mesures mises en œuvre.
 
La mobilisation de tous les services publics  est effective et peut, si nécessaire, monter en puissance dans les secteurs où la situation pourrait devenir tendue.
 
Aux niveaux national et local, il est nécessaire d’appeler :
  • à la vigilance de chacun pour veiller aux personnes les plus démunies ou en situation précaire ;
  • à suivre les conseils fournis par le ministère de la santé pour faire face à cette vague de froid ;
  • au strict respect des règles de prudence et de sécurité pour éviter tout accident, incendie ou intoxication.
 
D’ores et déjà, pour anticiper la fin de la période hivernale et développer l’accompagnement vers et dans le logement, le Gouvernement est mobilisé tant sur la pérennisation de places hivernales de façon à ne laisser personne sans solution de sortie, que sur la prévention des expulsions locatives en fin de trêve hivernale.