Le ministre de l’économie et des finances et la ministre du logement et de l’habitat durable ont présenté une communication relative à la situation de l’économie.
 
Le 3ème trimestre marque le retour de la croissance. Cette reprise de l’activité après le trou d’air du 2ème trimestre confirme la bonne dynamique du pays depuis un an et demi.
 
Même s’ils n’accélèrent pas au 3ème trimestre, l’investissement et la consommation des ménages progressent nettement sur un an. Par ailleurs, la dynamique de la construction et du logement se confirme après avoir pesé négativement sur la croissance au début du quinquennat. Le nombre de permis de construire délivrés de juillet à septembre 2016 est en hausse de 6,3 % par rapport aux mêmes mois de 2015. Sur un an, 432 300 autorisations auront été délivrées, soit une hausse de plus de 14 % par rapport à l’année précédente. Cette dynamique est soutenue par les constructions de logements collectifs (en hausse de près de 20 % par rapport à l’année précédente), mais la construction de logements individuels est également très performante (+ 8,1 %). Sur le trimestre de juillet à septembre 2016, la construction de 82 400 logements a été lancée, soit + 7,4 % par rapport aux mêmes mois de 2015. Et sur un an, 367 000 logements mis en chantier représentent une progression de + 8,1 % par rapport aux 12 mois précédents. Ces chiffres extrêmement satisfaisants au regard de l’enjeu pour notre pays, sont le résultat de la politique résolue que mène le Gouvernement depuis qu’a été lancé le plan de relance en faveur du logement et de la construction à l’été 2014.
 
Il est possible que la croissance en 2016 soit légèrement plus faible que prévu mais ceci n’est pas inquiétant. Cette légère révision s’explique en effet par des facteurs exceptionnels et temporaires comme les grèves du 2ème  trimestre, les attentats et les mauvaises récoltes agricoles. L’important est que les moteurs internes de notre croissance – la consommation et l’investissement – restent au vert, ce qui est le cas actuellement, alors que le climat des affaires a bien résisté en dépit des incertitudes liées au référendum britannique.
 
Au total, les évolutions de la situation économique sont encourageantes car cette reprise de l’activité permet à l’économie de recréer des emplois en nombre important et de réduire le chômage.
 
Les créations nettes d’emplois dans le secteur privé sont de nouveau positives et importantes depuis le milieu de l’année 2015. Au 2ème trimestre 2016, elles étaient de plus de 120 000 sur un an ce qui devrait également être leur rythme sur l’ensemble de l’année. Cette reprise de l’emploi permet de réduire le taux de chômage depuis le troisième trimestre 2015, qui en France métropolitaine est passé de 10,2 % à 9,6 % au deuxième trimestre 2016 (en comptant les départements d’outre-mer, le taux de chômage est passé de 10,5 % à 9,9 % sur la même période). Ces évolutions favorables se sont également traduites par une réduction importante du nombre de demandeurs d’emplois en septembre (- 63 300 après + 50 200 en août). Au-delà des à-coups du mois au mois, la baisse des demandeurs d’emplois s’inscrit dans une véritable tendance à la baisse observée depuis le début de l’année (90 000 demandeurs d’emploi en moins depuis janvier). Cette évolution favorable de l’emploi touche notamment les jeunes : leur taux de chômage a baissé de presque 1 point depuis le 3ème trimestre 2015 et on observe une diminution du nombre de jeunes inscrits sans activité à Pôle Emploi (catégorie A) de l’ordre de 50 000 depuis mi-2012.