La secrétaire d’Etat chargée de la formation professionnelle et de l’apprentissage a présenté une communication relative à la situation de l’emploi.
 
Au mois de septembre, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A, c'est-à-dire sans aucune activité, a diminué de 66 300 par rapport au mois d’août, soit une baisse de 1,9 %.
 
Il s’agit du 3ème trimestre consécutif de baisse, ce qui ne s’était pas observé depuis début 2008.
 
Cette tendance favorable est cohérente avec la bonne orientation des indicateurs économiques, notamment les embauches, en particulier celles en contrats à durée indéterminée (CDI) qui ont progressé de 2,4 % au cours des trois derniers mois. Cela se traduit simultanément par une baisse des inscriptions à Pôle emploi et une forte hausse du nombre de sorties pour reprise d’emploi au cours des derniers mois.
 
Au total, depuis le début de l’année, le nombre de demandeurs d’emploi sans activité a diminué de 90 000. Malgré des variations mensuelles parfois fortes, ce sont donc 10 000 personnes qui sortent chaque mois, en moyenne, de la catégorie A.
 
Deux évolutions de fond soulignent par ailleurs le caractère structurel de cette amélioration : 
 
  • la baisse mensuelle a une nouvelle fois concerné toutes les classes d’âge. Notamment, l’amélioration de la situation des jeunes se poursuit et se traduit par une diminution de plus de 35 000 du nombre d’inscrits en catégorie A sur un an (- 7 %) ;
  • le nombre de demandeurs d’emploi de longue durée inscrits en catégories A, B ou C poursuit également sa baisse engagée au printemps dernier.

 
Le plan 500 000 formations supplémentaires continue de monter en charge. Les entrées en formation restent dynamiques au mois de septembre (+ 73 500). Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie D reste toutefois stable (- 500) en raison de l’augmentation concomitante du nombre de sorties de formation. La baisse globale du nombre d’inscrits à Pôle emploi au mois de septembre est donc essentiellement liée à l’amélioration du retour à l’emploi.
 
Par ces résultats qui s’inscrivent dans la durée, les actions du Gouvernement en faveur de l’emploi et de la lutte contre le chômage confirment leur efficacité. Elles seront poursuivies dans les mois qui viennent grâce à l’effort budgétaire consacré dans le cadre du projet de loi de finances actuellement débattu au Parlement. Les trois priorités du budget de l’emploi (développement de l’emploi dans les très petites entreprises (TPE) et petites et moyennes entreprises (PME) ; insertion des jeunes ; accès à la formation professionnelle) permettront aux demandeurs d’emploi de saisir plus rapidement encore de nouvelles opportunités professionnelles et aux entreprises de bénéficier de salariés plus qualifiés, en adéquation avec leurs besoins.