Point sur le programme d’investissements d’avenir

Le Premier ministre a présenté une communication faisant le point sur le programme d’investissements d’avenir.
 
A la suite du rapport "Investir pour l'avenir" remis par Alain Juppé et Michel Rocard en 2009, l’État a engagé une démarche d'investissement originale, visant à transformer en profondeur l’économie pour la faire évoluer vers un modèle de développement plus durable, fondé sur l’économie de la connaissance. Depuis mars 2010, le programme d'investissements d'avenir (PIA), matérialise cette ambition, en sanctuarisant des crédits budgétaires - 47 Md€ à ce jour - pour les consacrer au renforcement du potentiel de croissance de notre économie.
 
Le PIA intervient dans quatre principaux domaines.
 
1. L’enseignement supérieur, la formation et la recherche (24 milliards d’euros)
 
Le PIA permet d’allouer aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche un financement très substantiel qui représente un effort additionnel de la part de l’État en leur faveur. Les moyens déployés ciblent une large gamme de projets pour inscrire pleinement la France dans la compétition mondiale : équipements de pointe, programmes d’excellence et innovations qui favorisent la pluridisciplinarité et les rapprochements recherche-formation-entreprises.
 
2. Les filières industrielles et les petites et moyennes entreprises (PME) (14 milliards d’euros)
 
Le PIA permet d’accompagner la modernisation des filières industrielles et favorise la transition vers l’industrie du futur. Les soutiens apportés renforcent la capacité des entreprises à innover, à poursuivre et finaliser leurs projets de développement.
 
3. La transition énergétique et écologique (5 milliards d’euros)
 
Le PIA vise à positionner, par un soutien à l’innovation et au transfert entre les laboratoires et l’industrie, des filières françaises compétitives. Les Instituts pour la transition énergétique valorisent la recherche. Les démonstrateurs de la transition écologique conduisent des innovations jusqu’au marché et sont donc souvent des premiers de série dans le domaine des nouveaux produits et services de la transition écologique. Le PIA soutient également l’innovation urbaine, en favorisant l’émergence de nouveaux modèles de ville durable.
 
4. L’économie numérique (4 milliards d’euros)
 
Les actions numériques du PIA s’articulent autour de quatre objectifs : faire émerger de nouveaux acteurs ; favoriser l’innovation technologique et ses applications ; moderniser l’action publique, notamment par l’accompagnement du déploiement du numérique éducatif ; soutenir le déploiement d’infrastructures à très haut débit dans les territoires.
 
Fin décembre 2015, 37 Md€ étaient engagés. Mi-2017 la quasi-totalité des 47 Md€ du PIA le seront. Fin 2015, 2 500 projets ont été sélectionnés. 6 Md€ sont engagés directement pour les PME/Entreprises de taille intermédiaire (ETI), qui représentent 65 % du total des 7 400 bénéficiaires du PIA.
 
La philosophie qui a conduit à créer le PIA en 2010 demeure plus que jamais pertinente. Elle a permis de promouvoir un outil original d’intervention publique tourné vers des enjeux stratégiques pour le potentiel de croissance de la France et la création d’emplois. Ainsi que le Président de la République l’a annoncé en septembre 2015, le Gouvernement proposera un troisième volet du PIA. Il sera doté de 10 milliards d’euros.