L’industrie du futur et le renouveau des pôles de compétitivité

Le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique a présenté une communication relative à l’industrie du futur et au renouveau des pôles de compétitivité.
 
La politique des pôles de compétitivité engagée en 2005 et la seconde phase de la Nouvelle France Industrielle lancée au printemps 2015 constituent deux axes majeurs de la stratégie industrielle de la France. Une réforme de la politique des pôles de compétitivité sera menée au premier semestre 2016, afin de l’articuler davantage avec la Nouvelle France Industrielle et de prendre en compte les nouvelles compétences des régions en matière de développement économique.
 
En dix ans, les pôles de compétitivité sont devenus des acteurs de premier plan dans l’accompagnement des entreprises : ils ont réalisé plus de 1 000 actions de formation et de développement des compétences en direction de leurs entreprises membres et ont porté près de 1 600 projets collaboratifs de recherche représentant 6,8 milliards d’euros de R&D, cofinancés par les entreprises, par l’État (à hauteur de 24 % via le Fonds unique interministériel (FUI) et les collectivités (16 %). Les petites et moyennes entreprises (PME) sont au cœur de cette politique : elles représentent 86 % des entreprises membres des pôles, dont plus de 1 000 jeunes entreprises innovantes (JEI), soit plus du tiers du total des JEI. La politique des pôles de compétitivité contribue en outre à l’aménagement équilibré du territoire en favorisant la mise en réseau des différents acteurs.
 
La politique de l’État en faveur des pôles de compétitivité a bénéficié d’une impulsion nouvelle pour sa troisième phase (2013-2018) afin d’en renforcer les retombées économiques. Pour prendre en compte les évolutions industrielles et territoriales de la France, la politique des pôles de compétitivité a vocation à s’adapter à l’occasion de l’évaluation à mi-parcours de cette troisième phase. Une réforme sera ainsi initiée dans les prochaines semaines selon trois axes.
 
Il s’agira, tout d’abord, d’assurer une plus grande cohérence avec les objectifs de la politique de la Nouvelle France Industrielle, notamment l’Industrie du Futur, et une meilleure lisibilité de l’organisation des pôles de compétitivité en identifiant les pôles les plus en lien avec chacune des neuf solutions industrielles.
 
Ensuite, l’organisation des pôles de compétitivité sera adaptée aux nouvelles compétences des régions en matière de développement économique, ce qui leur permettra de mieux s’impliquer dans cette action. Cette organisation des pôles a vocation, par ailleurs, à s’articuler étroitement avec les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, notamment les groupements d’universités et d’établissements.

Enfin, une évaluation des pôles sera réalisée au cours du premier semestre par un cabinet d’études indépendant, dans le but d’analyser les performances de chaque pôle.
 
Cette réforme associant notamment l’État et les conseils régionaux sera initiée début 2016 lors d’une grande manifestation à l’occasion des dix ans des pôles de compétitivité. Cette manifestation mettra en valeur le travail réalisé par les pôles depuis leur création à la lumière de la stratégie de la Nouvelle France Industrielle.
 
A l’issue de la phase d’évaluation et de concertation, la réforme fera l’objet d’une présentation détaillée à la fin du premier semestre.