Le ministre des affaires étrangères et du développement international a présenté une communication relative à la promotion du tourisme. Il a présenté un bilan du tourisme international en France en 2014 et des mesures prises pour renforcer l’attractivité touristique du pays.
 
En 2014, la France a confirmé son rang de première destination touristique mondiale et a accueilli en métropole 83,7 millions de touristes étrangers (84,1 millions avec les Outre-mer). Ces chiffres sont en légère augmentation par rapport à 2013.
 
Deux tendances se sont dégagées en 2014. La première est l’augmentation spectaculaire de la clientèle originaire de pays éloignés (+ 8,7 %). La clientèle asiatique, en particulier, augmente de 16 %. La France est aussi la première destination européenne du marché américain (+ 5,5 %). La seconde tendance concerne une légère contraction du marché européen (- 1,7 %). Une attention particulière doit être prêtée à ce secteur, le plus important en termes de volume pour le tourisme français.
 
Ces résultats sont encourageants. Ils invitent à poursuivre tous les efforts déployés pour mettre en œuvre les mesures annoncées le 19 juin dernier, en clôture des Assises du tourisme. Parmi elles, il convient de citer :
 
  1. des mesures d’amélioration de l’accueil : la mise en place du dispositif « visa en 48 h » en Chine (+ 60 % de visas accordés en 2014), Afrique du Sud, Inde et dans les pays du Golfe ; l’amélioration de l’accueil à Roissy et à la Gare du Nord, où des travaux conséquents ont été engagés en 2014 ; le plan de sécurité renforcé mis en place sur les principaux sites touristiques parisiens ; l’ouverture le 29 avril 2015 des voies réservées aux taxis et autobus sur les autoroutes franciliennes, améliorant la liaison entre Paris et les aéroports ; la mise en place au 1er juin prochain du forfait-taxi pour les trajets Paris-aéroports ; l’extension de l’ouverture dominicale des commerces aux zones touristiques internationales ;
     
  2. des mesures d’amélioration et de promotion de l’offre touristique : les contrats de destination ont permis la création de véritables "marques de territoire", fédérant tous les acteurs d’un territoire et d’une destination française autour d’une stratégie commune de promotion. Vingt contrats ont été sélectionnés en 2014 et 2015. L’organisation le 19 mars dernier de l’opération « Goût de France » a également permis de mettre l’accent sur un atout phare en matière d’offre : la gastronomie et l’œnologie, motif de séjour en France pour plus d’un tiers des touristes ;
     
  3. des mesures de simplification législatives, adoptées par ordonnance le 27 mars dernier, et qui seront complétées dans les prochains mois par des mesures réglementaires, pour améliorer encore la compétitivité des entreprises et leur faciliter la tâche.
 
Ces efforts doivent être intensifiés pour que la France soit en mesure d’accueillir 100 millions de touristes étrangers d’ici 2020 comme elle le souhaite. Le Conseil de promotion du tourisme rendra début juin ses conclusions pour lever les freins qui brident le développement du tourisme dans plusieurs domaines : l’investissement ; l’offre ; le numérique ; la formation. Parmi toutes ces questions, celle de l’investissement est essentielle. Pour rénover et accroître la capacité d’accueil de la France, tous les instruments disponibles doivent être mobilisés, à commencer par la Caisse des dépôts et consignations et le Programme d'investissements d'avenir.
 
Le tourisme est une priorité : il crée des emplois non délocalisables ; il est l’une des premières industries de la France. Chaque euro investi dans la promotion de la destination France et dans les infrastructures touristiques exerce un effet rapide et bénéfique sur l’ensemble des territoires. C’est donc un investissement d’avenir. En octobre, se tiendra une Conférence nationale du tourisme, au cours de laquelle sera fait le point sur les actions menées et sur celles qui doivent être encore prises, en concertation avec les professionnels.