Le ministre des affaires étrangères et du développement international et le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique ont présenté une communication relative à l’attractivité de la France.
 
20 000 entreprises étrangères ont choisi de s’installer et de se développer en France, et contribuent directement à la vitalité de l’économie française. Elles emploient 2 millions de personnes. Elles représentent un tiers des exportations et près de 30 % de la R&D nationale. La France est au quatrième rang mondial du stock des investissements directs étrangers, deuxième en Europe après le Royaume Uni et première en Europe pour les investissements créateurs d’emplois industriels.
 
Au-delà des grands choix économiques engagés depuis 2012, en particulier pour renforcer la compétitivité des entreprises installées sur le sol français à travers le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et le Pacte de responsabilité et de solidarité, le projet de loi, à venir, pour l’activité favorisera le développement de l’activité des entreprises françaises et des entreprises étrangères s’établissant sur le sol national. Ce texte comportera notamment des mesures sur l’ouverture des commerces le dimanche et en soirée, l’actionnariat salarié, la rénovation du dialogue social, l’amélioration du fonctionnement des prud’hommes et la simplification des procédures administratives. Les investissements seront sécurisés par la mise en œuvre de la charte sur la non-rétroactivité fiscale.
 
La France poursuivra sa politique d’attractivité à destination de certains « acteurs-cibles », parmi lesquels :
 
  • Les fonds souverains. Afin d’asseoir la place de Paris comme place financière internationale et de faciliter les rencontres avec les acteurs de l’économie française, l’Institutional Investors Roundtable (IIR – une plateforme et communauté internationale d’investisseurs de long-terme) sera implantée à Paris. Cette nouvelle plateforme permettra le développement de fonds de coinvestissement entre ces acteurs et la Caisse des Dépôts ; 
     
  • Les talents internationaux souhaitant inventer, investir, produire et travailler en France. Le « Passeport Talents » simplifiera l’installation sur le sol français de chercheurs, créateurs d’entreprises et de dirigeants internationaux. Le régime fiscal des impatriés sera élargi aux salariés évoluant au sein du même groupe pour attirer les sièges des entreprises internationales ; 
  • Les touristes étrangers. Pour viser rapidement une cible de 100 millions de touristes, les trente mesures annoncées dans le cadre des Assises du tourisme seront mises en œuvre pour renforcer ce secteur stratégique, notamment pour améliorer l’accueil et l’offre touristique, en particulier l’ouverture des grandes institutions culturelles 7 jours sur 7 et des mesures pour attirer les grands tournages internationaux de production cinématographique. 
Pour réussir cette stratégie, la puissance publique s’est dotée, par la fusion d’UbiFrance et de l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII), qui entrera en vigueur au 1er janvier 2015, d’un organisme qui assure la cohérence et l’efficacité de son action en matière de rayonnement économique international. La politique du Gouvernement en matière d’attractivité s’attachera à être plus simple, claire, performante et sera portée par une seule et même agence dédiée au développement international de l’économie française. Son action s’appuiera sur le réseau diplomatique français, troisième réseau diplomatique du monde.
 
Un travail de fond sera également engagé pour améliorer la perception de la France auprès des relais d’influence internationaux. L’échange en amont avec les institutions à l’origine des classements internationaux sera approfondi.
 
Sous l'impulsion du Président de la République, le Gouvernement poursuivra un dialogue régulier avec les représentants des entreprises françaises et étrangères dans le cadre du Conseil stratégique de l'attractivité afin de prendre en compte leurs attentes. Une nouvelle réunion se tiendra au premier semestre 2015.