Le programme national de réduction du tabagisme

La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes a présenté une communication relative au programme national de réduction du tabagisme.
 
Un fumeur sur deux meurt du tabac. Le tabagisme est responsable de la mort de 73 000 personnes chaque année en France, soit 200 personnes par jour. La cigarette tue 20 fois plus que les accidents de la route. Face à ce constat accablant, et alors que le nombre de fumeurs augmente à nouveau en France, le Gouvernement a décidé d’agir fortement.
 
Les objectifs sont clairs :
 
  • En 2019, le nombre de fumeurs doit avoir baissé d’au moins 10% ;
  • En 2024, la France doit être passée sous la barre des 20% de fumeurs (contre plus de 30% aujourd’hui) ;
  • En 2032, au moins 95% des jeunes de 18 ans doivent être non-fumeurs. 
Pour la première fois, un plan d’action mobilise simultanément trois leviers de lutte contre le tabagisme :
 
1 – Protéger les jeunes pour qu’ils n’entrent pas dans le tabagisme    
 
  • Obliger à une présentation neutre des paquets de cigarettes, pour les rendre moins attractifs ;
  • Interdire de fumer en voiture en présence d’enfants de moins de 12 ans ;
  • Encadrer la consommation de cigarettes électroniques (publicité encadrée et vapotage interdit dans certains lieux publics, tels que les établissements accueillant des enfants, transports et lieux de travail collectifs). Déjà, l’interdiction de la vente de e-cigarettes aux mineurs a été engagée ;
  • Rendre les espaces extérieurs de jeux pour enfants non-fumeurs. 
2 – Aider les fumeurs à arrêter de fumer
 
  • Diffuser à des heures de grande écoute  une campagne d’information  « Le tabac tue un fumeur sur deux » à la télévision et à la radio, dès le vendredi 26 septembre ;
  • Impliquer les médecins traitants dans la lutte contre le tabagisme ;
  • Améliorer le remboursement du sevrage tabagique, notamment pour les jeunes de 26 à 30 ans, les bénéficiaires de la couverture maladie universelle et les patients atteints d’un cancer. Le montant du remboursement pour les jeunes de 20 à 25 ans a déjà été triplé l’année dernière.
3 – Agir sur l’économie du tabac
 
  • Créer un fonds dédié à la lutte contre le tabagisme ;
  • Renforcer la transparence sur les activités de lobbying de l’industrie du tabac ;
  • Renforcer la lutte contre le commerce illicite de tabac. 
Les mesures d’ordre législatif seront inscrites dans le futur projet de loi relatif à la santé à l’occasion de son examen au Parlement. Par ailleurs, la transposition par la France de la directive européenne « tabac » permettra l’application des mesures telles que l’agrandissement des avertissements sanitaires sur les paquets de cigarettes, l’interdiction des arômes perceptibles dans les cigarettes et l’interdiction totale de publicité (sauf sur les lieux de vente) pour les cigarettes électroniques.