Manuel Valls, le 1er septembre, à la Conférence des Ambassadeurs
1 septembre 2016 - Actualité

Conférence des ambassadeurs : "Nous sommes à un moment déterminant de notre Histoire"

Manuel Valls s'est exprimé, le 1er septembre, devant l'ensemble des diplomates français, à l'occasion de la Semaine des ambassadeurs. Le Premier ministre a notamment insisté sur les moyens déployés pour lutter contre le terrorisme en France comme à l’étranger et sur l’importance de réinventer le projet européen pour le rendre plus fort.
 

L’intervention du Premier ministre devant les ambassadeurs fait suite à celle du président de la République, le 30 août dernier. Temps fort de  la diplomatie française, la Semaine des ambassadeurs, portant sur les thèmes "Sécurité, territoires et Europe", s’est tenue à Paris du 29 août au 2 septembre 2016. Elle réunit, chaque année depuis 1993, tous les chefs des missions diplomatiques françaises de par le monde et donne l’occasion aux plus hautes autorités de l’État et au ministre des Affaires étrangères de donner leurs orientations. Cet événement permet également de mettre en cohérence tous les volets de  l’action extérieure de la France que les ambassadeurs sont chargés de coordonner et d’animer.

La France déterminée à combattre le terrorisme

Suite aux attaques terroristes subies cet été, les Français ne doivent pas se résigner mais se préparer à résister en développant une nouvelle culture de sécurité. En effet, le Gouvernement a mis en œuvre une stratégie globale de lutte contre le terrorisme, qui vise à combattre les groupes terroristes non seulement dans leurs bastions, au Sahel, en Syrie et en Irak mais aussi sur notre sol.  Pour y parvenir, les moyens humains et financiers consacrés à la lutte anti-terroriste ont été considérablement renforcés.

Le plan de lutte contre la radicalisation, présenté en mai dernier, comporte un volet international et européen très important. Sur ce point, le Premier ministre a relevé  l'importance de "développer là aussi la coopération, les échanges de bonnes pratiques avec nos partenaires et entre partenaires".

Par ailleurs, pour assurer la sécurité des communautés et des emprises françaises à l'étranger, en particulier les établissements scolaires, un effort exceptionnel de 60 millions d’euros supplémentaires sera inclus dans le budget 2017. Des emplois de sécurité seront également créés, dès 2017, pour renforcer les équipes des ambassades les plus exposées.

LA FRANCE à l'initiative pour refonder l'Europe

Comme l'a rappelé le Premier ministre, "le projet européen – et chacun le sent bien – ne parle plus aux peuples, ils ont le sentiment que l’Europe ne maîtrise plus ses frontières, ne protège plus son industrie, qu’elle a perdu le contrôle au fond de son propre destin".

Déplorant la montée des populismes, Manuel Valls prône le recours à l'audace, au courage et à l'exigence "pour engager un troisième âge de l’aventure européenne : celui de la réinvention". Au sujet du Brexit, le Premier ministre a rappelé qu'il n'était pas possible de faire comme s'il n'était "au fond qu'un accident de parcours et qu'une crise de plus".

Il a, par ailleurs, ajouté que la France sera au rendez-vous de ces défis dans un dialogue constructif avec l'Allemagne. Car le rôle de la France "'est d'éclairer la voie, de proposer une nouvelle Europe à tous ceux qui le veulent, une Europe d'abord qui se recentre sur l'essentiel". Le sommet de Bratislava, à la mi-septembre, sera notamment l'occasion d'aborder de nombreux sujets.

Concernant le partenariat transatlantique commercial (Tafta), le Premier ministre a déploré qu'aucun progrès n'ait été enregistré depuis le début des négociations avec les États-Unis. "La France a défini depuis le début ses exigences de manière très claire. Or quand on regarde là où on en est, le compte n'y est absolument pas", a-t-il expliqué. Et d'ajouter : "Le texte sur la table est donc tout simplement inacceptable. Il faut un coup d’arrêt clair, pour repartir sur de bonnes bases. Notre responsabilité est de le dire."
 
TAFTA : "Il faut un coup d'arrêt clair pour repartir sur des bases nouvelles"

Renforcer l’attractivité de la France

Avec une mondialisation croissante, le renforcement de l’attractivité du territoire est primordial pour que la France soit plus influente dans le monde. Le Premier ministre a insisté sur le rôle déterminant des ambassades et du réseau diplomatique, promoteurs "inlassables" d’une France qui se bat pour son attractivité et se réforme sans cesse pour devenir plus compétitive.

Forte de ses atouts, la France a "une partition à jouer" dans le contexte très particulier du Brexit, à l’heure où de nombreuses entreprises, installées au Royaume-Uni, s’interrogent sur les conséquences pour leurs activités et réfléchissent à se relocaliser sur le continent européen. L’action du Gouvernement à travers le CICE et le Pacte de responsabilité a permis le développement des entreprises afin qu’elles embauchent, investissent et conquièrent de nouvelles parts de marché.

Le tourisme est un autre secteur clé de l'attractivité française. Il a cependant souffert des conséquences des attentats et des grèves du printemps dernier. Les derniers chiffres de la fréquentation touristique l'ont confirmé. Pour inverser la tendance, le Gouvernement a annoncé en mars, un plan pour promouvoir la destination France à l’étranger. Par ailleurs, un prochain comité interminisitériel arrêtera de nouvelles mesures de relance de l'activité touristique.

Promouvoir la France, c’est aussi démontrer sa capacité à accueillir de grands évènements. Elle en a fait la preuve avec le succès de l’Euro 2016. Mais la France a d'autres objectifs : la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024 et la candidature à l’exposition universelle de 2025. Deux grands rendez-vous qui permettront de mettre en avant les savoir-faire français. "Deux batailles diplomatiques que vous devrez mener ; car il y a, dans un cas comme dans l’autre, 180 Etats à convaincre que la France et Paris ont les meilleurs atouts. J’en suis, quant à moi, convaincu !"

"Ce qui nous anime, c’est une même fierté, une même passion, un même amour de la France. C’est une extraordinaire mission : porter haut les couleurs de la France, partout dans le monde ; faire vivre le message universel de notre pays", a conclu Manuel Valls.