Rapprocher la population des services publics

L’amélioration des relations entre la population et les services publics de l’État constitue un enjeu majeur pour le Gouvernement, qui entend favoriser le développement d’une relation de confiance basée sur la mise en place d’actions concrètes et l’instauration d’un respect mutuel.
 


Action interministérielle à l’initiative conjointe du ministère de l’Intérieur avec le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et du secrétariat d’État chargé de la politique de la ville, la campagne #Respect, pilotée par le Comité interministériel de prévention de la délinquance (CIPD), s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de prévention de la délinquance. Une démarche initiée dès 2013 au terme d’une large concertation nationale.
 
Une des priorités de cette stratégie est d’éviter le basculement et l’enracinement des jeunes dans la délinquance. Les orientations prises en faveur de l’amélioration des relations entre la population et les services publics, au niveau national, visent notamment la relation spécifique entre les jeunes et les forces de sécurité de l’État dans les zones de sécurité prioritaires et les quartiers de la politique de la ville. Une démarche globale qui allie des actions et dispositifs de prévention, de sensibilisation et d’éducation, sur l’ensemble du territoire.
 
Ainsi, en mars 2015, un appel à projets spécifique - porté conjointement par le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et le secrétariat d’État chargée de la politique de la ville - a été lancé afin de développer et favoriser le dialogue entre les jeunes et les forces de sécurité de l’État ; de modifier les comportements ; de mieux faire connaître l’action des représentants de l’État auprès des jeunes. Lancé à destination de l’ensemble des acteurs locaux (associations, collectivités, population etc.), l’appel tend également à la visibilité des actions concrètes et comportements positifs des jeunes, afin de lutter contre le stéréotype d’une délinquance juvénile généralisée.

Parmi les orientations de l’appel à projets, des initiatives innovantes sont à engager, tout en s’appuyant et en optimisant les dispositifs et outils existants qui s’inscrivent dans les objectifs de la convention signée en 2013 entre le ministère de l’Intérieur et ministère chargé de la ville, parmi lesquelles :
 
  • Les correspondants sécurité de l’école de la police et de la gendarmerie, qui conduisent des actions d’information et de sensibilisation en matière de prévention dans les établissements scolaires en lien avec les chefs d’établissement ;
  • Les délégués à la cohésion police-population, dont la mission est de renforcer les relations et le climat de confiance entre les citoyens et la police au travers de la construction de réseaux de partenaires, de la participation aux réunions de quartier ou institutionnelles, d’actions de prévention et de sensibilisation au bénéfice des jeunes ;
  • Les centres de loisirs jeunes de la police nationale, qui mettent en place des actions à caractère éducatif et préventif dont l’enjeu est de transmettre des valeurs de respect, rigueur, civisme et citoyenneté à des jeunes issus de milieux défavorisés ;
  • Le service civique en police et gendarmerie, un engagement volontaire au service de l’intérêt général ouvert à tous les jeunes de 18 à 25 ans.
Une enveloppe d’un million d’euros, financée à part égale par le Fonds interministériel de prévention et de la délinquance (FIPD) et le Commissariat général à l’égalité des territoires est destiné à soutenir ces actions et initiatives locales.
 
Le Comité interministériel de prévention de la délinquance (CIPD)
Le CIPD, créé en 2006, est présidé par le Premier ministre ou le ministre de l’Intérieur par délégation ; il fixe les orientations de la politique gouvernementale en matière de prévention de la délinquance, veille à sa mise en œuvre, coordonne l’action des ministères ainsi que l’utilisation des moyens budgétaires (FIPD). Il dispose d’un secrétariat général, animé par le préfet Pierre N’Gahane et composé d’une équipe de chargés de mission, qui réalise les travaux, les outils, les rencontres et colloques, les campagnes nationales et procure son expertise pour accompagner élus, coordonnateurs de CLSPD, services de l’État dans la conception et la réalisation de leurs objectifs de prévention de la délinquance et de la radicalisation.