27 octobre 2016 - Actualité
Contenu publié sous le Gouvernement Valls III du 11 Février 2016 au 06 Décembre 2016

"Ce projet de revenu universel, c'est affirmer ce que doit être notre modèle social"

Manuel Valls s’est rendu à Bordeaux, le 27 octobre 2016. Il a pris connaissance du projet d’expérimentation sur le revenu universel engagé par le Conseil départemental de la Gironde en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès et l’Institut des politiques publiques. Le Premier ministre a donné sa vision du revenu universel.
 
L'expérimentation du revenu universel par le Conseil département de la Gironde a été un des temps forts du déplacement du Premier ministre.  "Un dispositif […] auquel je crois beaucoup", a déclaré le Premier ministre pour qui "c'est un vrai débat de société [qui]  s'ouvre devant les Français."  Un débat que le département de la Gironde a engagé avec son dispositif de préfiguration.

Pour le Premier ministre, "l'objectif n'est pas […] de se résigner à la précarisation du monde du travail."  Il a ainsi rappelé le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale, lancé par le Gouvernement en janvier 2013. Il a également loué "l'énergie et la créativité au service de l'innovation sociale", de la Gironde. "Le progrès social, c’est une invention permanente, pour que nos solidarités collent mieux à ce que vivent quotidiennement les familles, les personnes seules, les personnes âgés, les étudiants, celles et ceux qui font face à la précarité", a déclaré Manuel Valls.
 
Parmi les innovations sociales, le revenu universel : "le revenu universel que je défends, c'est une grande innovation sociale : garantir un revenu à tous et à tout moment", a déclaré le Premier ministre qui a présenté sa vision de la création d'un revenu universel garanti et des évolutions de la protection sociale vers une protection universelle et continue des Français.

Pourquoi le revenu universel ?

Aujourd'hui, les risques de vie ont évolué. "Nous sommes dans un autre monde", déclare le Premier ministre, "[…] multiplication des emplois à temps partiel, contrats courts, périodes de chômage, dans une économie qui ne connaîtra plus les taux de croissance du passé … " Face à ces nouveaux risques sociaux, la protection sociale doit s'adapter.

De plus, aujourd'hui, 35 % des personnes pouvant toucher le RSA n'en font pas la demande en raison de la complexité actuelle du dispositif. Le Gouvernement a engagé des mesures de simplification des prestations sociales mais au-delà, la situation sociétale d'aujourd'hui fait que "des étudiants, des familles monoparentales, des demandeurs d'emplois, des travailleurs modestes, des petits retraités, des ouvriers, des salariés ont besoin d'être accompagnés."

Aujourd'hui, les moins de 25 ans n'ont pas accès aux minima sociaux alors que 18 % des jeunes vivent sous le seuil de pauvreté.  Le Gouvernement a apporté une première réponse avec la Garantie Jeunes, une allocation et un accompagnement renforcé vers l'emploi. Il faudra "garantir aux jeunes un revenu minimal en étendant, dès 2018, l'accès au RSA", a déclaré le Premier ministre.

Plusieurs dispositifs ont été mis en place par le Gouvernement pour engager  cette évolution de la protection sociale : Compte personnel d'activité (CPA), couverture universelle maladie, prime d’activité etc.,  mais pour le Premier ministre "il faut aller plus loin […] Aller vers une protection sociale universelle et continue. Le revenu universel doit en être un pilier."
 

La garantie d'un revenu pour tous à tout moment

Qu'est-ce que le revenu universel ? "C'est fusionner dans une aide unique les multiples dispositifs existants, créés au fil du temps pour répondre à des situations particulières – RSA, allocation pour les chômeurs en fin de droit, minimum vieillesse…", explique Manuel Valls.
 
Mais le Premier ministre précise : "l’objectif n’est pas de remplacer notre protection sociale par le versement à tous d’une somme forfaitaire ... Un revenu universel ne remplacera jamais notre assurance maladie, notre assurance chômage, notre système de retraites par répartition."  Il s'agit au contraire de "la garantie d'un revenu pour tous et à tout moment. La garantie d’une continuité en cas de coups durs. Une sécurité nouvelle face aux risques nouveaux de précarité auxquels nos concitoyens sont exposé." De plus, ce revenu de base garanti serait un tremplin à l'initiative. Il permettrait "d'encourager [...] l'entreprenariat en assurant aux Français qu'ils seront protégés en cas d'échec".
 

Préparer le terrain

Pour Manuel Valls, la mise en place d'un revenu universel constitue "l'horizon d'un quinquennat", et supposera plusieurs étapes pour "réorganiser les minima sociaux et les autres prestations sociales autour d'un revenu socle unique."

"La lutte contre la pauvreté et la précarité sont plus que jamais, pour moi, une grande cause nationale", a-t-il déclaré, affirmant que "ce projet de revenu universel, c'est affirmer ce que doit être notre modèle social."