27 juillet 2016

Bilan de la première année de mise en œuvre du plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme 2015-2017

 
Face à la haine qui se répand, face aux entreprises identitaires, il fallait aller au-delà des intentions et bâtir une politique publique forte, faite de messages clairs, mais aussi et surtout d’initiatives concrètes, de réponses opérationnelles. Tel était le pari du Président de la République fin 2014 lorsqu’il engageait la mobilisation de la Nation et déclarait ce combat « grande cause nationale 2015 ».

Le plan qui a été présenté le 17 avril 2015 par le Premier ministre porte la marque de cette mobilisation. Un plan qui mobilise toutes les administrations, qui combine la sanction et l’éducation, qui invite tous les acteurs, les institutionnels mais au-delà, tous les citoyens, à s’engager en faveur de cette cause essentielle pour l’unité de la République.

50 associations et institutions se sont engagées. Des comités opérationnels, présidés par les préfets, sont à l’oeuvre dans la majorité des départements. La tâche est immense, mais d’ores et déjà, des signaux positifs peuvent être enregistrés. Le rapport 2015 sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) révèle ainsi qu’après quatre années d’affilée de baisse, suivie d’une stabilisation, l’indice longitudinal de tolérance en France marque en 2015 une nette progression. Les derniers chiffres du ministère de l’intérieur sur le bilan des actes racistes et antisémites au premier trimestre 2016 corroborent ce constat : en baisse de 35% sur les douze derniers mois, et de 80% par rapport au premier trimestre 2015.

Il faut bien sûr mettre ces chiffres en perspective : un seul événement peut raviver les tensions et inverser de nouveau la tendance. Les facteurs de tension, de division, de rejet sont toujours à l’oeuvre dans notre société. Moins visibles, comme les discriminations à l’embauche, ils agissent comme un poison lent contre la cohésion nationale. Les premiers résultats ne sont pas un motif de satisfaction : ils sont une exhortation à faire mieux, à faire davantage. La première année de mise en oeuvre du plan gouvernemental de lutte contre le racisme et l’antisémitisme ne signe donc pas la fin de la bataille, mais son commencement.

Accedez ci-dessous à la synthèse des premières réalisations et premiers résultats de la mise en oeuvre du plan interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme :