Limitation à 80km/h
9 janvier 2018

Vitesse sur les routes : un seul objectif, sauver des vies

Après plusieurs années de baisse, le nombre de morts est reparti à la hausse depuis trois ans. A l'occasion du comité interministériel de la sécurité routière, le Premier ministre a annoncé plusieurs mesures visant un seul objectif : la baisse de la mortalité sur les routes.
 
Les chiffres de la mortalité routière sont clairs : après des années de baisse, le nombre de morts augmente depuis trois ans. Aujourd’hui, ce sont plus de 3 000 morts et 70 000 blessés par an.


Le seul objectif poursuivi par le Gouvernement est celui d’une baisse de la mortalité routière. "Chaque fois fois qu'un responsable politique a eu le courage de s'engager, les résultats ont été spectaculaires. […] Si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j'accepte de l'être", a déclaré Edouard Philippe à l’occasion d’une interview au JDD.

S’il n’est pas question d’ajouter des radars supplémentaires, le Premier ministre s’est déclaré favorable, à titre personnel, à une limitation de vitesse à 80km/h, sur les routes aujourd’hui limitées à 90km/h.

Pourquoi agir sur la limitation de vitesse ?

La vitesse est la première cause de mortalité sur les routes françaises : elle est responsables de 32% des décès, soit plus de 1 000 morts par an.

En 2016, 55% de la mortalité routière est survenue sur les routes "bidirectionnelles sans séparateurs" (celles limitées à 90 km/h aujourd’hui). C’est donc sur ces routes qu'il convient d'agir prioritairement.

Quels seraient les impacts de cette éventuelle mesure ?

Le Conseil national de la sécurité routière a établi en 2013 que plusieurs centaines de vies pourraient être sauvées en diminuant la vitesse moyenne sur nos routes bidirectionnelles sans séparateur central.

Les expérimentations ont montré que cette mesure n’impliquerait pas plus d’embouteillages ni ne rallongerait la durée des trajets de façon significative. La différence est de seulement trois minutes pour un trajet de 40 kilomètres.

Le passage aux 80 km/h permettrait aussi une économie de 120 euros par an en carburant, et une diminution de jusqu’à 30% des émissions de CO2.

 

Plus d'informations sur le site de la Sécurité routière