Une école maternelle à Valence
14 février 2017

Vers une meilleure reconnaissance du métier d’ATSEM

Chargés d’assister les enseignants dans les écoles maternelles, les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) tiennent un rôle primordial dans l’organisation des écoles et la vie collective des tout-petits. Le Gouvernement entend améliorer leur vie quotidienne et professionnelle, pour une meilleure reconnaissance de leur métier.
Contenu publié sous le Gouvernement Cazeneuve du 06 Décembre 2016 au 14 Mai 2017
 
La communauté éducative compte près de 60 000 ATSEM, présents dans toutes les écoles françaises. Ces agents apportent un soutien concret aux enseignants et participent activement au développement et à l’autonomie des enfants de 3 à 6 ans.

Comme tous les agents de catégories C, les ATSEM ont été revalorisés depuis 2014 à hauteur de 612 euros annuels, auxquels se sont ajoutés 200 euros liés au dégel du point d’indice.

Néanmoins, "si le métier est humainement valorisant", rappelle Annick Girardin, ministre de la Fonction publique, "les difficultés sont réelles pour les ATSEM".

Ces difficultés sont de trois ordres :
 
  • Des missions qui manquent parfois de clarté
  • Des conditions de travail parfois difficiles
  • Un manque de débouché et de perspectives professionnelles pour les agents
Pour lever ces difficultés et tendre vers une meilleure reconnaissance du métier, le Conseil supérieur de la Fonction publique territoriale (CSFPT) a remis à Annick Girardin un rapport portant sur les ATSEM, qui préconise plusieurs orientations pour améliorer leur vie professionnelles au quotidien.

Des missions redéfinies
La ministre s’est engagée à ce que les missions des ATSEM soient redéfinies pour la rentrée prochaine. Des groupes de travail rassemblant élus et organisations syndicales seront constitués dans les prochaines semaines pour définir les missions qui leur sont confiées.

Analyse et prévention des risques professionnels
Face aux difficultés exprimées par les ATSEM autour de la pénibilité de leur travail (bruit ambiant et permanent, disponibilité totale, etc.), la ministre a annoncé le lancement d’une étude pour analyser les risques professionnels et proposer les moyens de les prévenir.

Annick Girardin a en outre souligné le rôle essentiel des employeurs, qui doivent encourager les évolutions de carrières à travers la formation des agents.

De meilleures perspectives de carrière
Enfin, pour améliorer les parcours professionnels et offrir de meilleurs débouchés aux ATSEM, la ministre s’est engagée à faciliter le passage des agents qui le souhaitent vers d’autres métiers afin de permettre l’accès à la catégorie B.