28 septembre 2015

Un accès à la contraception et l'IVG renforcé

Marisol Touraine a annoncé, le 28 septembre, journée mondiale pour le droit à l'avortement, la création du numéro national anonyme et gratuit 0800 08 11 11 destiné à faciliter le parcours des femmes souhaitant effectuer une interruption volontaire de grossesse (IVG).
 
Avorter est un droit depuis un peu plus de 40 ans. Le Gouvernement agit avec détermination pour qu’il s’agisse d’un droit  bien réel. Depuis 2012, il travaille à faire tomber les barrières.

Selon un sondage IFOP réalisé les 16 et 18 septembre, un tiers des femmes se sent insuffisamment informé sur l’interruption volontaire de grossesses (IVG).
 
Pour améliorer l’information, le Gouvernement agit pour renforcer l’accès des femmes à la contraception et l’IVG :
  • Un numéro national anonyme et gratuit : 0800 08 11 11 permet de répondre à toutes les demandes d'information, de conseil et d'orientation en matière d'IVG mais aussi de sexualité et de contraception. Les appels à ce numéro sont anonymisés et n'apparaissent pas sur les relevés de communications ;
     
  • Une campagne nationale de communication  "Mon corps, mon choix, mon droit" vise à réaffirmer la liberté de choix des femmes et à disposer librement de leur corps. Cette campagne s'appuie sur le site ivg.gouv.fr. "Le message de cette campagne est clair : il n'y a rien de honteux à exercer ses droits, cela s'affirme et cela s'assume", affirme Marisol Touraine.
     
  • Un accès à la contraception désormais totalement gratuit et confidentiel pour les mineures de + de 15 ans avec le remboursement des consultations médicales et des examens biologiques, réalisés en vue de la prescription de la contraception, qu’elle soit initiale ou de renouvellement. "Le droit à la contraception permet aux femmes de vivre librement leur sexualité. En garantissant la gratuité et la confidentialité de tout le parcours de contraception des mineures, nous rendons ce droit concret pour des centaines de milliers de jeunes filles", a déclaré la ministre de la Santé.
Ces mesures s’inscrivent  dans le cadre du programme national d'action pour l'amélioration de l'accès à l'IVG, qui prévoit déjà :
  • le remboursement à 100% des actes d’IVG par l'assurance maladie ;
  • la revalorisation du forfait pour soutenir cette activité dans les établissements de santé ;
  • le lancement du site ivg.gouv.fr pour garantir une information neutre et objectif sur Internet ;
  • la suppression de la condition de détresse pour pouvoir avorter : c’est un droit, tout simplement ;
  • l'extension du délit d'entrave à l'information sur l'IVG. 
A terme, le projet de loi sur la modernisation de notre système de santé souhaite aller encore plus loin avec notamment :
  • la possibilité donnée aux sages-femmes de pratiquer des IVG médicamenteuses et aux centres de santé de pratiquer des IVG instrumentales
  • la suppression du délai de réflexion de 7 jours entre les deux consultations médicales prévues par la loi.