Photo des réacteurs de la centrale nucléaire de Civaux dans le département de la Vienne.
3 novembre 2014

Survol de centrales nucléaires

L’État met tout en œuvre pour assurer la sécurité des sites des centrales nucléaires.
Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 11 Février 2016
 
EDF a annoncé avoir porté plainte suite au survol en octobre de plusieurs centrales nucléaires par des drones non identifiés.  "Une enquête judiciaire est en cours, il y a des dispositions qui sont prises pour vérifier les témoignages sur chaque infraction" a indiqué Bernard Cazeneuve. Les investigations en cours permettront de déterminer combien correspondent réellement à des survols de drone. A ce stade, il n’est pas possible d’affirmer qu’il y a un lien entre ces différents survols.  Sans entrer dans les détails, il y a aussi des dispositions qui existent pour neutraliser ces drones.
L’Etat met tout en œuvre pour assurer la sécurité des sites des centrales nucléaires :
  • Chaque centrale est sécurisée par un peloton spécialisé de protection de la gendarmerie. Au total, ce sont 900 gendarmes spécialement instruits, équipés, entraînés, qui assurent cette sécurité ;
  • L'espace aérien au-dessus des centrales nucléaires est surveillé par l'armée de l'air, dans le cadre d'un protocole avec EDF. Le survol des centrales nucléaires est interdit dans un périmètre de 5 kilomètres et de 1 000 mètres d'altitude autour des sites nucléaires ;
  • 2 arrêtés du 11 avril 2012 stipulent les règles d’utilisation des aéronefs sans personne à bord. De tels survols peuvent être passibles d’1 an d'emprisonnement et jusqu'à 75000 euros d'amende.