Photo de François Hollande discutant avec des ouvriers de l'entreprise les Forges à Trie-Château dans l'Oise le 3 avril 2015.
3 avril 2015

Soutien à l'investissement

"La France a un avenir dans l'industrie, qui suppose de nouveaux investissements, c'est la clé pour préserver et développer l'emploi"
 
Le président de la République a visité, vendredi 3 avril, l'entreprise les Forges à Trie-Château dans l'Oise, site industriel du groupe LeBonze Alloys. Cette entreprise est exemplaire d'une reprise industrielle marquée par un investissement vertueux qui pérennise et développe les emplois. Sept mois après les Assises organisées à l'Élysée, François Hollande a fait de nouvelles annonces en lien avec l’investissement. En effet, il s’agit aujourd’hui de s’adapter au nouveau contexte économique, en agissant davantage en faveur des investissements pour accélérer la reprise. L’Insee l'a indiqué en janvier : les entreprises françaises envisagent d'augmenter leurs investissements de 3% en 2015. "La croissance repart assez significativement, les signes d'amélioration se multiplient : les entreprises retrouvent des marges de manœuvre, l’euro baisse, le prix du pétrole également, mais il faut aller beaucoup plus loin et beaucoup plus fort, et avoir des objectifse plus élevés que la prévision officielle de 1% de croissance en 2015", a expliqué le président de la République. "Et pour cela, l'investissement c'est la clé, il faut le stimuler" :
 
  • Les prêts de développement des entreprises de Bpifrance seront portés à 8 milliards d’euros.
  • Un fonds de plus de 500 millions va être créé avec les assureurs pour investir dans le capital des entreprises.
  • Dès le mois prochain, un dispositif fiscal exceptionnel sera accordé à toutes les entreprises qui décideront d'accélérer leurs projets, d’investir plus vite.
Mercredi 8 avril, des propositions seront également formulées en ce sens lors d’un conseil des ministres et d’un séminaire gouvernemental.

"Si nous voulons donner plus de souplesse, si nous voulons faciliter la vie des entreprises, il ne peut pas être question de créer de la précarité pour les salariés", a également déclaré François Hollande, rappelant trois réformes majeures intervenues depuis le début du quinquennat : le compte personnel de formation, le compte pénibilité et la possibilité donnée à chaque salarié de ne pas changer de mutuelle en changeant d'entreprises. Pour aller plus loin, il a évoqué la création d'un "compte personnel d'activité", véritable "capital des salariés", qu'ils pourraient garder tout au long de la vie professionnelle.