Fiche de paie
6 décembre 2017

Smic : remise du rapport annuel sur l'évolution du salaire minimum de croissance

Une loi de 2008 prévoit qu’un groupe d'experts indépendants établit chaque année un rapport sur l'évolution du salaire minimum de croissance (Smic). Dans son rapport annuel, remis, le 5 décembre, à la Commission nationale de la négociation collective (Cnnc), le groupe d’experts préconise une réforme du mode de calcul du Smic, avec deux options : indexer le Smic sur l’inflation seulement, ou supprimer toute règle d’indexation obligatoire.
 
Pour mémoire, le Smic est actuellement revalorisé annuellement au 1er janvier en fonction de deux paramètres :
1) l’inflation constatée  pour les 20% des ménages aux plus faibles revenus ;
2) la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire de base des ouvriers et des employés.

Le Smic est une pierre angulaire de notre modèle social français. Tout travail doit être rémunéré par un salaire juste et décent. C'est pourquoi, comme le dit le rapport, la France se caractérise par des règles d'indexation du Smic très spécifiques en Europe. Elles visent légitimement à préserver le pouvoir d’achat des travailleurs au Smic. 

Le Gouvernement est attaché au principe de la progression automatique du Smic. En revanche, le rapport est une contribution utile et ses propositions sur l'indexation du Smic s’intègreront dans les réflexions en cours dans les des deux chantiers d'ores et déjà initiés par le Gouvernement sur : 
  • le partage des fruits de la croissance et de la valeur ajoutée, notamment à travers le développement de l'intéressement et de la participation ;
  • le projet de la France pour la refondation de l'Europe et une Europe sociale forte, qui doit viser une plus grande convergence fiscale et sociale.
Le niveau de la revalorisation du Smic pour 2018 sera annoncé d'ici le 20 décembre. La revalorisation du Smic s’ajoutera aux mesures prises par le Gouvernement visant à faire que le travail paie davantage, en particulier à travers la baisse des cotisations sociales et la revalorisation de la prime d’activité.