Photo d'écoliers en activité périscolaire.
30 octobre 2014

Rythmes scolaires

Prolongation du fonds d'amorçage pour l'année 2015-2016
 
Lors de son discours au Sénat mardi 28 octobre, le Premier ministre a annoncé que le Gouvernement soutient l'amendement au PLF 2015 déposé par les députés de la majorité, qui étend pour l’année scolaire 2015-2016 le soutien financier de l’État, via le fonds d’amorçage de la réforme des rythmes scolaires (FARRS), à toutes les communes qui font des efforts pour la mise en œuvre d’accueils périscolaires de qualité et contribuent ainsi au succès de la réforme des rythmes scolaires. C'est un aboutissement positif aux consultations conduites ces dernières semaines par Najat Vallaud-Belkacem avec les élus locaux, les représentants de parents d’élèves et les parlementaires. La solution proposée est équilibrée et conforme aux objectifs de la réforme : le soutien financier apporté pour 2014-2015 par le FARRS est prolongé pour toutes les communes dont les écoles publiques ou privées sous contrat mettent en œuvre la réforme, mais le bénéfice de l’aide sera conditionné à l’établissement d’un projet éducatif territorial (PEDT). La ministre proposera au président de l’AMF de constituer un groupe de travail pour apporter aux plus petites communes, les outils et méthodes nécessaires à l’élaboration du projet éducatif territorial. Avec cette proposition, l’État prolonge ainsi l’effort engagé depuis 2013 pour aider toutes les communes qui mettent en œuvre les 9 demi-journées d’enseignement par semaine à organiser des activités périscolaires de qualité. Après 90 millions d'euros pour l’année scolaire 2013-2014, ce sont 400 millions d'euros qui ont été prévus pour 2014-2015. Le paiement de ces aides a été engagé sans attendre : les 16 000 premières communes ayant déposé un dossier auprès du ministère recevront dans les jours qui viennent 1/3 de l’aide totale annuelle. La ministre invite les communes qui ne l’auraient pas encore fait à adresser leurs dossiers dans les meilleurs délais. Avec un effort supplémentaire, évalué à 400 millions d'euros pour 2015-2016, le Gouvernement engage toutes les communes à adopter, à travers la conclusion d’un PEDT, une démarche partenariale garantissant la complémentarité des temps éducatifs au service de l’intérêt des enfants.