Les vœux du président la République présentés aux forces de l'engagement à la maison de la Radio
11 janvier 2016

Renforcer l'engagement citoyen en généralisant le service civique

L’engagement citoyen qui s’exprime notamment à travers le tissu associatif fonde le contrat social et donne du sens à la cohésion nationale. Pour favoriser cet engagement et notamment celui de la jeunesse, le président de la République a appelé de ses vœux d'accueillir d'ici à 3 ans près de 350 000 jeunes/an en mission de service civique, avant une généralisation au-delà de 2020.
 
Dans ses vœux prononcés aux forces de l'engagement et à la jeunesse, le président de la République a détaillé, le 11 janvier, les modalités de la reconnaissance d’un droit à l’engagement pour tous. Aujourd’hui plus que jamais, il faut avancer ensemble "pour décider de la France que nous voulons faire et réaliser la République de demain", a-t-il expliqué dans son discours.

Pour favoriser l'engagement et notamment celui de la jeunesse, il est prévu d'ici à 3 ans d'accueillir en mission de service civique près de 350 000 jeunes/an, soit prés de de la moitié d’une classe d’âge. La généralisation du service civique est prévue au-delà de 2020 pour permettre à tous ceux qui souhaitent s'engager de pouvoir le faire. Il faut toutefois rappeler que le service civique n'est en aucun cas un stage ou un emploi par conséquent les entreprises privées sont exclues du dispositif. 

Le président de la République a détaillé des mesures pour accompagner la généralisation du service civique en évoquant notamment :
  • la création d’un Haut-commissariat à l’engagement, placé directement sous l’autorité du Premier ministre ;
  • l'augmentation du budget dédié au service civique à 1 milliard d'euro d’ici à 2018 contre 300 millions aujourd'hui. 
Par ailleurs, le Parcours citoyen généralisé commencera dès l’école, du CP jusqu'à la terminale. Il se matérialisera par un livret citoyen reçu par tous les jeunes dès 16 ans. Il se prolongera dans l’enseignement supérieur et les écoles de la fonction publique, avec l’obligation de valider un certain nombre d’heures d’engagement citoyen comme équivalent d’un service civique. Enfin, le Gouvernement s’engage à étudier un allongement et un enrichissement de la journée de défense et de citoyenneté qui touche toute une génération.
 
Enfin, chaque élève suivra 300 heures d’enseignement moral et civique sur l’ensemble de sa scolarité. Cet enseignement est effectif depuis la rentrée 2015 et est désormais évalué dans le nouveau brevet des collèges. Chaque élève sera encouragé à faire de stages dans les associations en 3ème, en complément des stages de découverte de l’entreprise. "A compter de la rentrée 2016, chaque jeune se verra confier un livret citoyen" qu’il aura reçu le jour de ses 16 ans. "Il retracera l’histoire de ses engagements. Chaque action y sera consignée et valorisée", a expliqué François Hollande. 

S’agissant de la journée de défense et de citoyenneté (JDC), obligatoire pour tous les garçons et filles de 18 ans, le Gouvernement va travailler à améliorer son  contenu et à étudier la possibilité d'en étendre sa durée à une semaine. 
S’agissant de la Réserve citoyenne, car "l’engagement n’est pas l’apanage de la jeunesse", celle-ci devra à terme concerner l’environnement, l’encadrement des jeunes ou l’accompagnement des personnes âgées. 
S’agissant du chantier de La France s’engage ouvert afin de lancer un grand appel à toutes les initiatives, il s’agit désormais de changer d’échelle  d'ici à la fin du mois de janvier. Un grand forum de l’engagement sera organisé. 

L’engagement, qui s’exprime notamment à travers le tissu associatif  (+ d’1 million d’associations qui emploient 2 millions de personnes, 10% de l’emploi privé) "est le beau visage de la France : celui du dévouement, de la solidarité et de la générosité", a affirmé le président de la République.