Photo de Manuel Valls à l'occasion de la journée nationale de la laïcité le 9 décembre 2015.
10 décembre 2015

Réaffirmer la laïcité dans les écoles, la fonction publique et le monde professionnel

Une seule attitude est possible : la reprise en main, l’affirmation, l’application, l’explication de ce qu’est la laïcité.
 
La première journée nationale de la laïcité a été organisée le 9 décembre. La République a ainsi fêté le 110e anniversaire de la loi de séparation de l’Église et de l’État. Cette loi "a permis à des générations et des générations de Français, au-delà de leurs appartenances et de leurs croyances, de vivre ensemble, une singularité bien française", a rappelé Manuel Valls. "La laïcité est le fondement de la citoyenneté [et] les principes laïques sont là pour protéger cette citoyenneté". "On est d’abord citoyen français [unis dans un destin commun], avec des confessions religieuses ou non", a de son côté déclaré Stéphane Le Foll. 

La laïcité est un principe d’unité et de liberté, de rassemblement dans la différence, elle n’est ni une arme de stigmatisation, ni la négation du fait religieux. Elle est aujourd’hui menacée.
"Depuis 25 ans, la laïcité a été brouillée dans son message", note en effet Manuel Valls. "La laïcité, c’est toutes les religions à leur juste place, à bonne distance de l’État." Les "mains partisanes de l’extrême droite n’ont qu’un seul but :  affaiblir la laïcité pour affaiblir la République" en stigmatisant. Elle "la détourne, l’instrumentalise pour s’attaquer violemment aux musulmans de France, pour exclure, rejeter, semer la haine et la division, en faisant d’eux des Français de second rang". L’extrême droite est rétrograde et veut "retourner avant 1905, vers ces guerres de religions qui sont autant de cicatrices profondes dans l’histoire de notre Nation." 

Il y a une urgence : renouer avec le sens de la laïcité. "La laïcité, c’est notre socle commun […] ferme, non négociable qui permet d’accueillir toutes les différences, d’apaiser, de rassembler. Les attentats de janvier, et plus encore ceux du 13 novembre, ont montré avec une violence absolue à quel point notre modèle républicain, fondé sur la liberté, l’égalité, la fraternité, et évidemment la laïcité, était précisément ciblé. Plus grave encore, "cet obscurantisme trouve à recruter dans notre jeunesse, parmi ceux qui sont allés à l’école de la République, et qui, malgré cela, ont perdu tout libre arbitre et cèdent aux sirènes du djihadisme, de la radicalisation jusqu’à devenir des terroristes."

Une seule attitude est possible : "la reprise en main, l’affirmation, l’application, l’explication de ce qu’est la laïcité."
 
  • D’abord à l’école : 
"Depuis cette rentrée, […] c’est tout le dispositif d’enseignement de nos valeurs qui a été refondé : formation des enseignants, enseignement moral et civique, enseignement laïque des faits religieux, mobilisation d’une réserve citoyenne, installation de référents académiques sur la laïcité. Tout ce dispositif a été complété par la prise en compte d’un fléau qui ronge une partie de notre jeunesse : l’adhésion aux thèses complotistes. Face à cela, il faut développer un contre-discours, argumenté, charpenté, qui implique les jeunes eux- mêmes."
 
  • Dans l’ensemble de la fonction publique :
Dès cette année, des formations aux principes de laïcité et de neutralité, compris comme des éléments essentiels des droits et obligations des fonctionnaires, ont été mises en place. "Le projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires consacre ces principes comme des valeurs fondamentales de la fonction publique."
"Un réseau territorial accompagne les administrations avec la désignation de référents laïcité dans différents services déconcentrés de l’État territorial", et son développement se poursuivra en 2016.
Enfin, dans le cadre de la mise en œuvre des mesures du comité interministériel pour l’égalité et la citoyenneté, le Commissariat général à l’égalité des territoires a élaboré un programme de formation spécifique destiné aux professionnels de l’éducation spécialisée, de l’animation socio-culturelle et plus généralement de l’accompagnement de la jeunesse des quartiers populaires.
 
  • Dans le monde de l’entreprise :
D’ores et déjà "des chartes de la laïcité et de la diversité arrivent dans nos entreprises".

"Notre défi aujourd’hui est simple ; si tous les républicains réussissent à faire ensemble vivre la laïcité, en étant fidèle à son histoire, c’est-à-dire à son esprit de rassemblement, de protection des libertés fondamentales, alors la République en sortira grandie, plus forte et plus sereine".