Photo du cimetière profané de Sarre-Union dans le Bas-Rhin.
17 février 2015

Profanation du cimetière de Sarre-Union

"Profaner, c'est insulter toutes les religions et souiller la République."
 
La profanation du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin) est un acte extrêmement grave, ce n’est pas un fait divers. C’est l’expression des maux qui rongent notre République. La justice dira ce qui relève de l’inconscience, de l’ignorance ou de l’intolérance. Mais le mal est déjà fait. En tout état de cause, la République défendra les Français juifs de de toutes ses forces : ils sont Français, ils aiment la France et leur place est naturellement en France.

Tout sera mis en œuvre dans les meilleurs délais pour que les auteurs de cet acte odieux et barbare soient punis. "Quiconque se rendra coupable d'actes antisémites ou racistes sera inlassablement recherché, interpellé et condamné. Quiconque persistera en France à commettre des actes ou à proférer des messages de haine et d'incitation à la violence verra se dresser contre lui la République et ses lois", a proclamé François Hollande depuis une cérémonie à Sarre-Union le 17 février. Cet évènement appelle un sursaut de la communauté nationale, car notre force c’est de rester unis. "Nous devons dire ici que la République aime tous ses enfants, et ne laissera personne mettre de la division, mettre le doute, dans la République. Je serai extrêmement ferme là-dessus."

"Ceux qui ont fait cela vont savoir qu’on ne trouble pas impunément le sommeil des morts. Nous espérons que l’enquête va pouvoir avancer vite", avait indiqué Manuel Valls le 16 février. Le Préfet du département et le Procureur de la République de Saverne se sont immédiatement rendus sur les lieux dimanche. Une équipe de techniciens de l’identité criminelle a procédé sur place aux relevés de police technique et scientifique pour permettre aux enquêteurs de la Gendarmerie d’avancer rapidement ; 5 mineurs, âgés de 15 ans et demi à 17 ans, ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête.
"Un juif qui part de France, c’est un morceau de France qui s’en va", ajoute Manuel Valls. "A nous d'assurer la sécurité, le respect, la reconnaissance et la dignité, à tous les Juifs de France et, plus largement, à tous les citoyens de France : "
  • Nous protégeons tous les lieux de culte, toutes les institutions, nous le faisons en très étroite liaison avec la communauté juive. "Il y a des policiers, des gendarmes qui sont directement mobilisés", rappelle Bernard Cazeneuve ;
  • "Et nous nous mobilisons aussi contre les actes antimusulmans parce que la haine, la division, le racisme n'ont pas leur place en France."