Photo de la commission européenne à Bruxelles
6 mai 2015

Prévisions de la Commission européenne

La Commission européenne prévoit pour la France une hausse de la croissance et une baisse du chômage et du déficit
 
La Commission européenne a rendu publiques le 5 mai ses prévisions pour l'ensemble des pays de l'Union européenne. Le premier point notable est la convergence entre ce que dit la Commission et le cadre économique sur lequel le Gouvernement a bâti sa stratégie :
  • La Comission prévoit en 2015 1,1% de croissance, là où le Gouvernement fait une prévision prudente de 1%.
  • La Comission prévoit un déficit de 3,8%, comme la France. 3,8%, c’est la cible que le Gouvernement s’est fixée dans le programme de stabilité, un peu en deçà de ce qu'a demandé le Conseil (4,0%).
  • La Commission voit la dette rester bien en dessous de 100% du PIB, comme la France. C’est évidemment une dette encore trop élevée et c’est pour cela que nous devons continuer à réduire les déficits pour arriver à faire diminuer la dette.
En 2016, la Commission estime, comme la France, que la croissance devrait s'accélérer. Elle prédit 1,7% de croissance (1,5% pour la France). La Commission prévoit une baisse du chômage : de 10,3%  à 10% de la population active en 2016. Sa prévision de déficit pour la même année, à 3,5%, est proche de la nôtre si l’on prend en compte les 5 milliards d'euros d’économies que le Gouvernement a annoncés pour compenser les effets de la plus faible inflation en 2016, qu’elle n’a pas à ce stade intégrés.

Cette convergence est le fruit d’un discours de vérité dont nous récoltons les fruits et qui nous a permis, in fine, de faire un peu mieux que prévu comme déficit en 2014. C’est aussi l’illustration que la stratégie du Gouvernement, qui combine réduction des déficits et retour de la croissance, est cohérente et dans l’intérêt bien compris de la France et de ses partenaires.