Personne hospitalisée
4 décembre 2015

Plan national pour le développement des soins palliatifs

Le Plan national pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement en fin de vie pour la période 2015-2018 créé de nouveaux droits en faveur des malades. En mobilisant 190 millions d'euros, il vise à corriger les inégalités d’accès à ces soins.
 
Annoncé par le Président de la République lors de la remise de la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie élaborée par les députés Claeys et Leonetti, le Plan national 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement en fin de vie a été présenté par Marisol Touraine. Il a été élaboré en lien avec les acteurs concernés, les sociétés savantes, les représentants des patients et des établissements, les médecins généralistes.
 
Face aux inégalités d’accès à ces soins, 2 priorités sont fixées :
  • Placer le patient au cœur des décisions qui le concernent.
  • Développer les prises en charge au domicile. 
Le plan privilègie 4 axes :
  1. Informer le patient sur ses droits et le placer au cœur des décisions qui le concernent : en créant un centre national dédié aux soins palliatifs et à la fin de vie (fusion du Centre national de ressources en soins palliatifs et de l’Observatoire national de la fin de vie) qui aura notamment pour mission de mettre en place, d’ici un an, une grande campagne nationale de communication ;
  2. Développer les prises en charge au domicile, y compris pour les résidents en établissements sociaux et médico-sociaux : en créant, dès 2016, 30 nouvelles équipes mobiles de soins palliatifs sur l’ensemble du territoire ; en donnant aux professionnels une plus grande expertise et en leur permettant de mieux se coordonner (une enveloppe de 9 M€ financera les projets territoriaux innovants) ;
  3. Accroître les compétences des professionnels et des acteurs concernés : en structurant et en décloisonnant la formation aux soins palliatifs (formation initiale et continue, et pratiques interdisciplinaires) ; en créant une filière universitaire dédiée aux soins palliatifs et à l’accompagnement en fin de vie ;
  4. Réduire les inégalités d’accès aux soins palliatifs : en créant des unités de soins palliatifs dans les territoires qui en sont dépourvus (au moins 6 nouvelles unités seront créées dès 2016, et l’objectif est que chaque région dispose d’au moins 1 lit de soins palliatifs pour 100 000 habitants d’ici 2018) ; en mettant en place dans chaque région, en lien avec les Agences régionales de santé, un projet spécifique pour favoriser l’accès à ces soins. 
La mise en œuvre de ce plan mobilisera 190 millions d'euros. Un comité de pilotage se réunira très prochainement pour mettre en œuvre ce plan.