10 septembre 2015

Plan de Paris : 25 millions d'euros pour les minorités persécutées du Moyen-Orient

Un plan d'action politique, humanitaire et judiciaire
 
"Nous ne laisserons pas la diversité millénaire du Moyen-Orient disparaître sans réagir", a déclaré Laurent Fabius le 8 septembre à l’occasion de la conférence de Paris sur les victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient. La conférence, co-présidée par la Jordanie, a rassemblé une soixantaine d’Etats et une quinzaine d’organisations internationales. Elle a mis sur pied un plan d'action pour répondre notamment à l'urgence humanitaires dans les camps de réfugiés en Turquie, au Liban ou en Jordanie, pour renforcer la coopération judiciaire et pour lutter contre l’impunité des terroristes.
 

Répondre à l’urgence humanitaire

  • La Turquie, le Liban et la Jordanie, pays ont accueilli quatre millions de réfugiés syriens depuis le début du conflit en Syrie, il y a quatre ans.  Pour Laurent Fabius, il faut "une action d'ampleur pour que ceux qui ont quitté la Syrie et parfois l'Irak soient accueillis dans les meilleures conditions dans les pays voisins."

La France aux avant-postes du financement avec 25 premiers millions d’euros versés

La France s’est engagée à verser les premiers 25 millions d’euros, d’autres financements suivront. Sur ces 25 millions d’euros :
  • 10 millions d’euros vont à un fonds d'urgence pour des actions de déminage, de logement, de réhabilitation et de coopération judiciaire, notamment pour lutter contre l’impunité des terroristes ;
  • 15 millions d'euros mobilisés par l’Agence française de développement (AFD) participent au financement des camps de réfugiés et au soutien des pays qui les accueillent, notamment le Liban, la Jordanie, la Turquie et l'Irak. 
Une conférence de suivi devrait être organisée début 2016 en Espagne.