Photo d'étudiants en amphithéâtre
11 février 2015

Orientation lycéenne

Pour lutter contre les déterminismes sociaux, il faut agir sur l’orientation, contre l’autocensure.
 
A Marseille au lycée Victor Hugo, le Premier ministre et Najat Vallaud-Belkacem ont échangé avec des élèves sur le thème de l'orientation, en pleine période d'expression des vœux des lycéens pour la poursuite de leurs études. Cette rencontre a permis de faire le point sur les différents dispositifs qui permettent aux élèves de véritablement choisir leur orientation et ainsi de lutter contre les déterminismes sociaux.
  • Il y a la procédure classique de pré-inscription à une première année de l'enseignement supérieur, sur le portail Admission Post Bac (APB). Cette année, l'information des élèves y a été renforcée : davantage de filières recensées, notamment en apprentissage ; données statistiques sur l'insertion professionnelle ; ... 
  • Il y a le "dispositif pour les meilleurs bacheliers" mis en œuvre depuis l'an dernier. Il offre aux 10% des meilleurs bacheliers de chaque filière (L, ES, S, technologique, professionnelle) de chaque lycée un droit d'intégrer une filière sélective de l'enseignement supérieur. L'an dernier, 1200 de ces "meilleurs bacheliers" avaient reçu une nouvelle proposition d'affectation. Finalement, 223 d'entre eux avaient effectivement souhaité bénéficier de cette opportunité. Parmi eux, 25% n'avaient soit pas de mention au bac, soit une mention "assez bien". Ce nouveau dispositif avait ainsi représenté une véritable nouvelle chance dans leurs parcours. Afin que tous les lycéens de Terminale aient connaissance de ce dispositif et que davantage de bacheliers en bénéficient, Najat Vallaud-Belkacem a écrit à l'ensemble des recteurs et des proviseurs pour leur demander d'informer leurs élèves de ce nouveau droit. Outre les filières IUT, CPGE et STS qui participaient déjà au dispositif l'an passé, les IEP de province, le réseau des INSA, celui des Polytech et certaines écoles de commerce comme l'EDHEC, l'ESC Troyes, et l'EM Normandie intégreront dès la rentrée 2015 des étudiants issus de cette voie. 
  • Il y a des dispositifs tels les "Cordées de la réussite", partenariats noués avec des établissements de l'enseignement supérieur : près de 350 existent sur l'ensemble du territoire, dont plus d'un tiers concernent des lycées situés dans des quartiers de la politique de la Ville. Des réseaux de solidarité (tutorats, accompagnement scolaire, hébergement) animés par des étudiants de ces établissements, en partenariat avec les acteurs associatifs et le monde économique, sont mis en place pour accompagner les lycéens vers la réussite.