Des militaires à Marseille dans le cadre du plan vigipirate
18 juillet 2016

Opération Sentinelle : 10 000 militaires mobilisés sur le territoire national

L’opération Sentinelle mobilise 10 000 hommes sur le territoire français. La réserve opérationnelle représente également un vivier mobilisable de 15 000 personnes.
 
Le président de la République a réuni, le 18 juillet 2016, un nouveau conseil restreint de défense et de sécurité. Ces prochaines semaines, les forces Sentinelle, la réserve opérationnelle, ainsi que les moyens des forces de police et de gendarmerie, seront consacrés à la sécurisation des lieux touristiques, des plages, des grandes manifestations estivales, culturelles ou sportives.

Opération Sentinelle

L’opération Sentinelle dissuade et protège. Les Français interrogés déclarent se sentir rassurés par cette opération. Cette opération se poursuit avec 10 000 militaires sur le territoire national, en relation étroite avec les forces de sécurité intérieures.
 
Désormais, ces forces Sentinelle vont être orientées davantage vers les grands rassemblements, les flux importants, ainsi que les contrôles aux frontières. Cela est rendu possible par l’augmentation des effectifs des armées mais également par l’augmentation des moyens donnés aux renseignements militaires par la révision de la loi de programmation militaire.

Réserve opérationnelle

La période estivale permet la mobilisation de la réserve opérationnelle afin de permettre une présence quotidienne de 3 000 gendarmes supplémentaires. Cette réserve opérationnelle représente un vivier mobilisable de 15 000 personnes (9 000 dans la gendarmerie, pouvant monter à 12 000 et 3 000 dans la police).

Mobilisation internationale

La France continue à frapper Daech, notamment en Irak et en Syrie. L’action extérieure contre Daech se poursuit, avec des frappes le 16 juillet et le 17 juillet dans la nuit, afin de contribuer dans la coalition à éradiquer définitivement cette menace.  


L’ensemble des moyens mobilisés ne peuvent garantir le "risque zéro", il faut dire la vérité aux Français et regarder la menace avec lucidité afin d'agir plus efficacement pour lutter contre le terrorisme. "La lutte contre le terrorisme est difficile. C’est une menace protéiforme. Les messages diffusés par Daech peuvent conduire des individus, inconnus des services de renseignement, à passer à l’acte. C’est ce qui s’est passé visiblement à Nice", a expliqué Bernard Cazeneuve.
 
Face à cette menace terroriste qui atteint actuellement son plus haut niveau, la totalité des moyens, notamment de renseignement, a été rehaussée autant sur le plan budgétaire, que sur le plan des effectifs et des moyens juridiques.