15 mars 2017

Offrir un véritable parcours d’intégration sociale et économique aux réfugiés

Myriam El Khomri s’est rendue à la mission locale de Paris, le 13 mars 2017, à la rencontre de jeunes réfugiés bénéficiant de la Garantie jeunes. A cette occasion, la ministre du Travail a salué les nombreuses mesures mises en place pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle des réfugiés.
 
Pour assurer la meilleure intégration professionnelle et sociale des réfugiés, Myriam El Khomri a demandé dès la fin 2016 la mobilisation de tous les outils existants pour permettre des parcours adaptés à la situation des réfugiés.

Depuis, plusieurs initiatives ont été prises par les préfets et par les acteurs de l’emploi. A ce titre, on peut notamment citer :
 
1. Des formations qualifiantes dans des métiers porteurs. Depuis juillet 2016, des expérimentations en Ile-de-France et en Hauts de France proposent un parcours complet de formation qualifiante comprenant également l’hébergement, la restauration, et l’acquisition du français. Aujourd’hui, une centaine de personnes en bénéficient. D’ici à la fin de l’année, près de 1000 personnes seront concernées.
 
2. Un accès à la Garantie Jeunes. Généralisée le 1er janvier 2017 avec la loi Travail, la Garantie jeunes est ouvert à tous les jeunes en situation de précarité. Plusieurs missions locales, à l’image de celle de Paris, ont su adapter le dispositif aux jeunes réfugiés, en proposant notamment des cours intensifs de français, en parallèle d’un accompagnement vers l’emploi.

3. Un accès prioritaire au dispositif  d'Insertion par l’activité économique (IAE). L’IAE, c’est 130 000 salariés et 3 650 structures financées par l’Etat pour accompagner dans le retour à l’emploi les personnes les plus en difficulté. En janvier dernier, Myriam El Khomri a annoncé un effort de 19,5 millions d’euros supplémentaires pour l’ensemble du secteur de l’IAE, ce qui permettra de financer partout en France des dizaines de nouveaux projets.

4. L’accès aux contrats aidés. Depuis début 2017, partout en France, les réfugiés font partie des publics prioritaires pour l’accès aux contrats aidés.

5. Enfin, Pôle emploi s’engage à réaliser des diagnostics de compétences pour orienter au mieux les personnes vers les différents dispositifs.
 
Myriam El Khomri a félicité l’ensemble des acteurs de l’emploi qui ont su s’engager pour que les réfugiés bénéficient du meilleur accompagnement.