Logo de l'INSEE
3 avril 2015

Note de conjoncture Insee

L’accélération de l’activité, qu’anticipe l’Insee pour le début de l’année 2015, conforte pleinement la cible de 1% de croissance arrêtée par le Gouvernement dès l’été dernier.
 
L’Insee vient de publier (jeudi 2 avril) son appréciation des développements conjoncturels récents et leurs implications pour le 1er semestre 2015. Michel Sapin constate que l’accélération de l’activité, qu’anticipe l’Insee pour le début de l’année 2015, conforte pleinement la cible de 1% de croissance pour l’ensemble de l’année, arrêtée par le Gouvernement dès l’été dernier.
La consommation accélère depuis plusieurs mois et sera soutenue en 2015 par la baisse des prélèvements, le bas niveau des prix de l’énergie et plus globalement la faiblesse de l’inflation. En effet, la baisse du prix du pétrole représentera 10 milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaire pour les ménages en 2015, quand ce dernier a déjà progressé sensiblement en 2014 (+1,1%).
Ainsi, la demande adressée aux entreprises va progresser dans les mois qui viennent, d’autant que la baisse de l’euro doit améliorer notre compétitivité et nos exportations. "Le taux de marge des entreprises devrait également se redresser de +2 points d’ici la mi-2015, grâce à l’effet cumulé des politiques mises en œuvre (CICE, Pacte de responsabilité et de solidarité) et de la baisse du prix du pétrole et du change, effaçant déjà les deux-tiers de la baisse observé depuis la crise", fait observer Michel Sapin. En outre, leurs conditions de financement s’améliorent nettement.
 
"Le Gouvernement maintient un cap clair : baisse des prélèvements, maîtrise des dépenses publiques et poursuite des réformes. Les conditions sont réunies pour que les ménages comme les chefs d’entreprise puissent se projeter dans l’avenir." Dans ces conditions, les entreprises doivent pouvoir contribuer au retour de l’emploi et de l’investissement dans les mois qui viennent.