Une cour d'école
5 novembre 2015

Non au harcèlement scolaire

Près de 700 000 élèves sont affectés chaque année par le harcèlement scolaire. Pour mieux prévenir et prendre en charge ce phénomène, le Gouvernement instaure le 5 novembre la journée nationale "Non au harcèlement scolaire".
 
Certains dans notre société continuent de penser que le harcèlement scolaire n'est qu'un jeu d'enfants, un passage obligé. Il n'est plus possible de tenir ce discours de banalisation après les drames que nous connaissons tous. Depuis 2012 le Gouvernement s’est emparé de ce sujet  avec notamment :
 
  • la mise en oeuvre d'une campagne de communication,
  • la création d’une mission chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire,
  • depuis 2013, la mise en service d'un numéro vert,
  • le déploiement de 250 référents chargés de la lutte contre harcèlement sur le terrain,
  • un partenariat entre l'éducation nationale et des associations.

Pour aller plus loin, le Gouvernement a mis en place, à l'occasion de la première édition de la journée nationale "Non au harcèlement", un plan  ambitieux pour aider les victimes à sortir du silence, car aussi longtemps qu’il sera passé sous silence, le harcèlement durera. Les 4 axes de ce plan sont :
 
  • Sensibiliser en instaurant une journée nationale pour dire "non au harcèlement" le 5 novembre. La diffusion d'un clip vidéo de sensibilisation (sur les chaînes de France Télévisions et Walt Disney), est destinée aux enfants de 7-11 ans. Des émissions sur les chaînes publiques seront consacrées à cette date au harcèlement. Le clip estenfin diffusé au cinéma dans le cadre des diffusions du dernier film de Walt Disney ;
  • Prévenir en créant de nombreux outils pédagogiques à disposition des professionnels et des familles ;
     
  • Former en mobilisant 1 500 formateurs  pour sensibilier 300 000 personnels sensibilisés d’ici à la fin 2016. Autre mesure : des ambassadeurs lycéens seront formés dans toutes les académies. Ils interviendront dans leur établissement mais aussi dans des écoles et collèges pour libérer la parole des élèves en favorisant la médiation par les pairs ; 
     
  • Prendre en charge avec un protocole rénové de prise en charge du harcèlement dans les écoles. Des fiches conseil à destination des personnels éducatifs concernés sont accessibles sur le site www.nonauharcelement.education.gouv.fr. Et surtout, la mise en place d'un numéro à 4 chiffres : le 3020, joignable de 9h00 à 18h00, du lundi au vendredi. En cas de cyber-harcèlement, il sera possible de s'adresser au numéro vert "net écoute" au 0 800 200 000.  Il est nécessaire d’aider les victimes à sortir du silence, car aussi longtemps qu’il sera passé sous silence, le harcèlement durera.