6 décembre 2017

Niveau de lecture : maîtriser le français, une exigence pour la réussite de tous

Les résultats de l’enquête internationale PIRLS, qui mesure le niveau en compréhension de l’écrit des élèves de CM1, révèlent une baisse du niveau de lecture des élèves français, désormais distancés par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE et de l’Union européenne.
 
La maîtrise du français par tous les élèves de notre pays est une priorité absolue du Gouvernement car « la première chose qui compte pour lutter contre les inégalités, c’est le rapport à la langue », a souligné Jean-Michel Blanquer.
 
Des actions ont d’ores et déjà été enclenchées, notamment le dédoublement des classes de CP en REP+ dès cette rentrée. Cette politique se poursuivra et sera étendue en REP et aux classes de CE1 d’ici 2019, pour bénéficier in fine à 12 000 classes et 340 000 élèves.
 
Face à l’ampleur du défi, le Gouvernement intensifient la réponse. Jean-Michel Blanquer a présenté une série de mesures pour permettre à tous les élèves d’acquérir une pleine maîtrise du français.
 
Cela passe d’abord par le déploiement de méthodes d’enseignement à l’efficacité démontrée par l’expérience, la recherche et la comparaison internationale :
 
  • création d’un Conseil scientifique pluridisciplinaire présidé par Stanislas Dehaene (professeur de neurosciences au Collège de France), chargé de formuler d’ici janvier un «état des lieux de la recherche » pour appuyer l’enseignement de la lecture sur les résultats scientifiques les plus récents ;
  • formulation de recommandations pédagogiques d’ici la fin de l’année, par exemple : pratique de la lecture à haute voix et de la lecture silencieuse ; dictée quotidienne à l’école primaire ;
  • renforcement de la formation continue des professeurs des écoles ;
  • travail accru sur le vocabulaire en maternelle, qui doit devenir « l’école du langage ».
 
Cela passe ensuite par une réponse d’urgence pour les élèves dont la scolarité est déjà bien engagée et qui connaissent des difficultés :
 
  • en primaire, 1 heure par semaine spécifiquement consacrée à la lecture dans le cadre des activités pédagogiques complémentaires (APC) ;
  • au collège, 2 heure par semaine dévolues à la compréhension en lecture pour les élèves les plus fragiles, dans le cadre de l’accompagnement personnalisé (AP). Ces élèves bénéficieront par ailleurs de la montée en puissance du programme « Devoirs faits ».