Phoot du président de la République le 27 janvier 2015 à l'occasion de la commémoration du 70ème anniversaire de la libération d'Auschwitz.
28 janvier 2015

Lutte contre le racisme et l'antisémitisme

Un plan global sera présenté d'ici la fin février
 
"Le 27 janvier est une date qui marqua la mémoire de l’Humanité. Il y a 70 ans, les armées soviétiques ouvraient les portes du camp d’Auschwitz-Birkenau. C’était la révélation de l’horreur. Ce n’était pas encore une libération" a rappelé François Hollande lors d'une cérémonie de commémoration organisée par le Mémorial de la Shoah à Paris. "Ce crime fut unique par son ampleur : 6 millions d’hommes et de femmes exterminés parce que juifs. Et combien d’autres réduits en esclavage et mis à mort parce que Tziganes, homosexuels, slaves, communistes, résistants, handicapés." Au Mémorial de la Shoah, ouvert en 1956 à Paris, leurs noms figurent pour toujours. "Ce mémorial est devenu "un espace dédié à la transmission" : il a commémoré le 20ème anniversaire des Tutsis rwandais, en 2015, il célébrera l’anniversaire du génocide arménien. La mémoire des crimes contre l’Humanité n’appartient à personne. Elle est notre héritage commun. Aussi la République française n’oubliera jamais

Le 9 janvier, dans l’épicerie de la porte de Vincennes, l’antisémitisme tua à nouveau et fit 4 autres victimes. "4 hommes sont morts dans un magasin casher, à la veille du Shabbat, parce qu’ils étaient : des juifs."
Le Président de la République a souhaité rassurer les Français de confession juive : "la France les aime, comme elle aime tous ses enfants". "Français de confession juive, votre place est ici, chez vous. La France est votre patrie. Si le terrorisme vous conduisait à vous éloigner de la terre de France, de sa langue, de sa culture, de la République, il aurait atteint son but."
  • "Pour combattre un ennemi, il faut d’abord le connaître et le nommer : l'antisémitisme. Face à de nouvelles menaces, il faut des réponses adaptées". Un plan global de lutte contre le racisme et l'antisémitisme sera présenté par le Gouvernement d'ici la fin du mois de février, a annoncé François Hollande.
  • S’agissant de la sécurité, il convient d’"aller plus loin en améliorant la visibilité et l’efficacité des sanctions" : notamment en généralisant la caractérisation raciste et antisémite comme circonstance aggravante d’un délit ; en intégrant la répression de la parole raciste et antisémite au droit pénal général ; en prononçant des peines alternatives à valeur pédagogique et des stages citoyens.
  • S’agissant de la transmission et de la connaissance, "l’école doit enseigner l’histoire de la Shoah partout sans aucune restriction". Aussi, il faut relancer et élargir le concours de la résistance et de la déportation pour que davantage d’élèves issus de tous les horizons puissent y participer. "
  • S’agissant de la régulation du numérique, il est nécessaire, au niveau européen et international, de mettre en place un cadre juridique. La France soutient l’appel de l’Union des anciens déportés et l’Union des étudiants juifs de France, pour que les "opérateurs prennent leurs responsabilités" sur la diffusion des messages de haine, a enfin indiqué le Président.