Photo d'une salle de classe
13 juillet 2015

Lutte contre le décrochage scolaire

Un décret, présenté le 10 juillet, a pour objectif d'inciter les jeunes à rester dans leur établissement et à repasser le bac.
 
Najat Vallaud-Belkacem a annoncé en novembre dernier un grand plan pour vaincre le décrochage scolaire car 140 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans qualification. Dans le cadre de ce plan, elle a notamment mis l’accent sur la prévention, pour agir le plus en amont possible, avant même que les jeunes aient décroché. Or un nombre important de jeunes décrochent au lycée après un échec au baccalauréat. L’an dernier, en filière générale, sur les 38 000 jeunes ayant raté leur bac, 11 000 ne l’ont pas repassé. Le décret présenté le 10 juillet vise donc, à travers deux mesures, à inciter les jeunes à rester dans leur établissement et à repasser le bac.

1ère mesure : créer un droit pour les élèves ayant raté le bac de se réinscrire dans leur lycée. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, certains ne retrouvent pas de place dans leur établissement. A partir de la rentrée 2016, ce sera un droit.
 
2e mesure : pour les élèves ayant raté le bac, créer la possibilité de conserver ses bonnes notes pour le repasser l’année suivante. Cette possibilité existait déjà pour les candidats libres : un élève qui ratait son bac après l’avoir préparé dans un lycée pouvait repasser le bac l’année suivante en candidat libre et conserver ses bonnes notes de l’année précédente. Cela incitait donc certains élèves à s’inscrire en candidat libre plutôt que de s’inscrire dans un lycée. Or, dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, il est préférable que les élèves soient inscrits dans un lycée. Le décret prévoit donc d’étendre cette possibilité pour les élèves qui passent le bac en étant inscrits dans un établissement. Cette possibilité existait également déjà pour le bac pro et pour les triplants. Il s’agit donc simplement de l’étendre au bac général et au bac techno.

Les modalités précises d’application seront définies prochainement. Le ministère s’oriente vers l’obligation pour les élèves de suivre l’ensemble des cours, y compris ceux pour lesquels ils conservent leur note du bac. C’est important pour plusieurs raisons :
  • pour que les élèves continuent à progresser,
  • pour qu’ils soient bien intégrés dans leur classe,
  • pour qu’ils aient des notes à entrer dans le logiciel APB (Admission post-bac), qui prend en compte les notes du premier et du deuxième trimestre de terminale, indispensable pour s’insérer ensuite dans l’enseignement supérieur.