Une photographie d'Emmanuelle Cosse
16 mars 2017

#Logement : création de 5 000 places d’hébergement supplémentaires

A la suite de cette augmentation annoncée par Emmanuelle Cosse, la totalité du parc d’hébergement dépassera les 125 000 places à la sortie de l’hiver.
Contenu publié sous le Gouvernement Cazeneuve du 06 Décembre 2016 au 14 Mai 2017
 
"On doit plus qu’une mise à l’abri aux personnes sans-domicile. L’hiver, pour les personnes plus éloignées de nos dispositifs d’accompagnement, c’est souvent un premier contact indispensable qu’il ne faut pas perdre quand les températures remontent", a déclaré Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, à la sortie d’une réunion de travail avec les associations et les grands opérateurs du secteur de l’hébergement.
 
"Proposer 5 000 places à la sortie de cet hiver, c’est leur permettre de reprendre pied au sein de nos structures pour retrouver une vie autonome", a-t-elle plaidé. Mais cette ambition nécessite une mobilisation de tous les acteurs sur le territoire.
 
Pour y parvenir, la ministre s’est fixé l’objectif "zéro sortie d’hébergement hivernal sans proposition" des personnes hébergées cet hiver. L’État entend ainsi assumer ses responsabilités avec une augmentation de plus de 25 millions d’euros des crédits destinés cette année à l’hébergement d’urgence.
 
Pour rappel, cet hiver a été l’occasion d’un effort sans précédent pour l’hébergement : 121 000 places pérennes existent aujourd’hui (contre seulement 81 960 en 2012), auxquelles s’ajoutent plus de 10 000 ouvertes pour répondre aux besoins de la période hivernale et 5 000 pour les nécessités du plan Grand Froid.
 
Au-delà des chiffres, la qualité de l’hébergement proposé a été améliorée et l’accompagnement social des personnes accueillies renforcé.
 
Ces avancées témoignent de l’engagement du Gouvernement et des travailleurs sociaux en faveur de l’hébergement inconditionnel des personnes les plus démunies. 
 
En ce qui concerne la prévention des expulsions locatives, Emmanuelle Cosse rappellera, dans une circulaire à paraitre prochainement, la volonté de l’Etat d’agir dès les premières difficultés. Elle précisera également le cadre avec lequel elle souhaite obtenir une meilleure coordination des acteurs concernés.