Photo de Najat Vallaud-Belkacem lors de la rentrée des classes dans une école de Genevilliers.
6 octobre 2014

L'Education redevient le 1er poste budgétaire de l'Etat

Un budget en augmentation d'1,1 milliard d'euros.
 
L’Éducation nationale redevient le 1er poste budgétaire de l’État, devant la charge de la dette. En 2015, son budget atteindra 65,02 milliards d'euros, en augmentation de 1,1 milliard par rapport à 2014, soit une hausse de +2,4%. Des marges de manœuvre supplémentaires pour :
  • créer 9 421 nouveaux postes ;
  • financer le plan en faveur de l’éducation prioritaire, qui repose notamment sur la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, le "plus de maîtres que de classes" et la revalorisation des indemnités des personnels à hauteur de 100 millions d'euros ;
  • développer et professionnaliser l’accompagnement des élèves en situation de handicap grâce à la création de 350 emplois ;
  • continuer à aider les collectivités pour la mise en place d’activités périscolaires avec le fonds d’amorçage ;
  • poursuivre la remise en place d’une formation initiale pour les enseignants dans le cadre des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), et la priorité au premier degré dans la répartition des moyens (nouvelles indemnités pour tous les professeurs des écoles, directeurs d’école, maîtres formateurs et conseillers pédagogiques). 
Le budget de l’Enseignement supérieur et la Recherche est également en hausse (+ 45 millions d'euros) et permet d’améliorer les conditions d’études et les chances de réussite des étudiants : 77 500 étudiants boursiers supplémentaires, 1 000 nouvelles bourses de 4 000 à 5 000 euros pour les étudiants en situation d’autonomie, généralisation de la caution locative étudiante, plus faible hausse des droits d’inscription depuis 10 ans et poursuite du plan de création de 1 000 emplois par an dans les universités.