Photo de Stéphane Le Foll descendant les marches de l'Elysée.
22 décembre 2014

Investissement européen

La France propose une trentaine de projets
 
Le Conseil européen a endossé jeudi 18 décembre le plan d’investissement présenté par la Commission de Jean-Claude Juncker pour lever 315 milliards d'euros d'investissements entre 2015 et 2017, avec une garantie de départ de 21 milliards. "C’est l’adoption d’un plan que la France avait souhaité, depuis longtemps, que la France avait initié", a déclaré François Hollande. "C’est 315 milliards sur 3 ans et avec un mécanisme qui appelle non seulement un financement public, tel qu’il est prévu, mais aussi un financement privé. Il peut avoir un effet beaucoup plus grand qu'on imagine avec un effet boule de neige si la confiance se rétablit."
Dans le cadre de la préparation de ce plan, la France avait proposé une liste d’une trentaine de projets, pour un montant total d’investissement de 48 milliards d'euros sur 2015‑2017. Les actions proposées peuvent commencer rapidement. 40% des projets proposés portent sur le numérique et l’innovation, soit 2 fois plus que la moyenne des propositions de nos partenaires. Sa constitution a reposé sur quelques principes clés :
 
  • Elle contient des actions qui peuvent démarrer à brève échéance, dans les 3 ans que doit couvrir le plan (2015-2017) et même souvent plus rapidement ;
  • Elle présente des projets spécifiques (Grand Paris, …) mais aussi des programmes, à savoir des actions transversales qui favoriseront la modernisation de l'économie européenne : dispositif de soutien aux PME pour s'adapter au numérique ou à la transition énergétique, rénovation énergétique des logements et bâtiments publics... ;
  • Elle met fortement l’accent sur le numérique et l’innovation, avec 40 % des projets présentés – contre moins de 20 % en moyenne pour l’UE 28 : campus connectés (développement du THD + contenus numériques), financement d’ "usines pilotes" dans les domaines industriels innovants, …
Au total pour les 28 Etats membres, près de 2 000 projets ont été soumis, pour un total de 450 milliards d'euros sur 2015-2017. Ces projets portent sur les mêmes priorités que les investissements d’avenir, ceux-là même que nous soutenons au niveau  national : la transition énergétique, le numérique, les infrastructures, la connectique, la formation. Les projets d’investissements pourront être proposés par l’Etat mais aussi par les régions ou d’autres collectivités locales. Le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) sera ouvert aux contributions des Etats membres, directement ou par l’intermédiaire de banques de soutiens nationales. Le Conseil a demandé à la Commission européenne de soumettre une proposition détaillée du plan en janvier, pour une adoption d'ici juin, pour que les nouveaux investissements puissent être lancés dès la mi-2015.