Stéphane Le Foll et Marisol Touraine à la sortie du Conseil des ministres
15 décembre 2015

Influenza aviaire : pas de transmission à l’homme par la consommation d’aliments contaminés

A la suite de la détection du premier foyer d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volailles, Stéphane Le Foll et Marisol Touraine confirment l’absence de danger pour l’homme de la consommation de produits alimentaires issus de volailles infectées.
 
Suite de la détection du premier foyer d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volailles, Stéphane Le Foll et Marisol Touraine  avaient immédiatement saisi l’ANSES, afin d'évaluer la dangerosité potentielle pour l’homme des souches d’influenza aviaire identifiées. Suite aux conclusions de l'Agence, les ministres confirment l’absence de danger pour l’homme de la consommation de produits alimentaires issus de volailles infectées.

D’abord, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’European Centre for Diseases and Control (ECDC), il n’y a actuellement aucune preuve qui indique que le virus de l’influenza aviaire se transmette à l’homme par la consommation d’aliments contaminés, notamment de produits et d’œufs de volailles.

Par ailleurs, l’ANSES a rendu son avis définitif, le 14 décembre, sur la dangerosité potentielle pour l’homme de la souche d’influenza aviaire identifiée, avec notamment les résultats du séquençage total de la souche H5N1, détectée dans le premier foyer en Dordogne. L'agence confirme l’absence pour cette souche H5N1 des principaux marqueurs de virulence de pathogénicité pour l’homme. Ainsi, les ministres confirment que l’influenza aviaire actuellement présent sur le territoire national n’est pas transmissible à l’homme par la consommation de viande, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire.