Photo de Sylvia Pinel
25 mars 2015

Hébergement d'urgence

Création de 2 000 places d'hébergement d'urgence pour la fin de la trêve hivernale.
 
Les orientations du Gouvernement pour accompagner les personnes en vue de la fin de la trêve hivernale le 31 mars ont été présentées par Sylvia Pinel : "il ne doit y avoir aucune remise à la rue sans accompagnement et tout doit être fait pour assurer la continuité de la prise en charge des personnes, notamment des familles". Aussi :
  • Toutes les familles se verront proposer des solutions d’hébergement ou de logement ;
  • 2 000 places hivernales seront pérennisées ou créées à la fin de la trêve, sur les 8 000 places temporaires ouvertes durant l’été, en plus des 102 000 places d’hébergement déjà disponibles en France ;
  • Chaque personne hébergée durant l'hiver bénéficiera d'un accompagnement social personnalisé et fera l’objet d’un suivi renforcé.
Sylvia Pinel a également installé le 24 mars le comité de pilotage visant à réduire le recours aux nuitées hôtelières. Celui-ci réunit les services de l'État, les associations de lutte contre l'exclusion, des représentants des collectivités, des bailleurs sociaux et le Samu social de Paris. Il faut "sortir de la gestion de l’hébergement par l’urgence. C'est dans cet esprit que ce plan a été conçu". Ce plan, pour lequel l’État mobilise 105 millions d’euros, marque un réel changement de pratiques au sein de la politique d’hébergement pour en faire un instrument au service de l’égalité d’accès au logement.  Il prévoit d'ici 2017 :
  • La création de 13 000 places en dispositifs alternatifs sur trois ans : 9 000 places en intermédiation locative (comme Solibail), 1 500 places en logement adapté (résidences sociales ou maisons-relais) et 2 500 places d'hébergement dans des centres ou des appartements dédiés aux familles.
  • Des hébergements alternatifs dédiés aux 6 000 demandeurs d'asile actuellement hébergés à l'hôtel.
  • Un accompagnement social renforcé, notamment sur l'aide alimentaire et l'accès aux droits, de toutes les personnes hébergées à l'hôtel.
Pour lutter efficacement contre la spirale de l’exclusion et pour renforcer la prévention des expulsions locatives, il a aussi été annoncé :
  • L’adoption d’ici cet été, par décret, d’une charte de prévention des expulsions, notamment pour traiter les impayés beaucoup plus en amont ;
  • La création en avril d’un pôle interministériel chargé de cette politique, qui comprendra un comité de suivi au sein duquel siègeront les associations de lutte contre l'exclusion ;
  • Le maintien des aides personnalisées au logement, en cas d’impayés de loyers, pour les allocataires de bonne foi, par un décret publié à la rentrée.
En 2015, le Gouvernement renforce ses actions pour le maintien et l’accès au logement du plus grand nombre.