Photo de jeunes utilisant un téléphone portable
4 juin 2015

Harcèlement scolaire - application Gossip

Le Gouvernement ne peut laisser une application favoriser les conditions du harcèlement scolaire et sera très vigilant.
 
La lutte contre le harcèlement scolaire constitue l’une des priorités de l’action du Gouvernement et de la ministre de l’Éducation nationale.
Le Gouvernement est sensible aux signalements portés à sa connaissance par les organisations lycéennes sur l’application mobile Gossip
, qui permet de diffuser des rumeurs via des messages, des photos ou des vidéos. Des messages rédigés en moins de 140 signes et qui s'autodétruisent au bout de 10 secondes.  Bien que suspendue à ce stade, la réouverture de cette application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements. Alors que 700 000 élèves souffrent de harcèlement, la lutte contre le harcèlement scolaire constitue l’une des priorités de l’action du Gouvernement et de Najat Vallaud-Belkacem.

C'est pourquoi les recteurs ont été appelés à exercer, avec l'aide des chefs d'établissement des lycées et collèges, la plus grande vigilance sur la teneur des messages qui seraient mis en ligne sur cette application et à signaler aux procureurs de la République tous propos injurieux ou diffamatoires proférés à l'encontre d'élèves ou de personnels, sur le fondement de l'article 40 du code de procédure pénale.

Le Gouvernement ne peut laisser une application favoriser les conditions du harcèlement scolaire et sera très vigilant. Parce que les actions juridiques ne peuvent à elles seules suffire, la sensibilisation auprès des élèves sera poursuivie, afin de les prévenir des dangers du cyber-harcèlement grâce aux 250 référents chargés de cette lutte sur le terrain et grâce aux associations avec lesquelles des partenariats ont été noués.