Photo d'Emmanuelle Cosse et Bernard Cazeneuve s'entretenant avec des migrants, des élus et des associations à Grande Synthe le 30 mai 2016
31 mai 2016

Grande Synthe : un accueil digne pour chaque migrant

Lundi 30 mai, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, et Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, se sont rendus à Grande-Synthe, dans le Nord, pour signer un partenariat concrétisant l’engagement de l’État en faveur du camp de La Linière.
 
"Nous voulons un accueil digne pour chaque migrant. 134 CAO (Centres d'Accueil et d'Orientation) ont permis d'accueillir près de 4000 migrants, nous allons continuer à humaniser encore cet accueil", a déclaré Bernard Cazeneuve lundi 30 mai depuis la municipalité de Grande-Synthe.

Pour faire face à l’enjeu humanitaire que représente le camp de Grande-Synthe, l’État a décidé de "s’engager à hauteur de 3,9 millions d'euros" pour les 12 prochains mois dans le cadre d’une convention tripartite signée entre l’État, la municipalité de Grande-Synthe et l’Association nordiste de lutte contre l’exclusion (AFEJI), pour renforcer les conditions d’accueil et d’hébergement dans ce camp, remplissant ainsi toutes les conditions sanitaires et de sécurité requises.

En revanche, cette situation reste temporaire : "nous n’avons pas vocation à maintenir des camps qui ont un moins bon standard humanitaire" que les Centre d’Accueil et d’Orientation. Ainsi, l’accueil des migrants sera transitoire et la convention prévoit la fermeture progressive du camp, au fur et à mesure des départs des personnes migrantes vers des solutions de logement durables. Pour rappel, 134 CAO accueillant près de 4000 personnes ont été ouverts en France pour permettre aux migrants de réfléchir à une demande d’asile. Répartis sur tout le territoire français, ils jouent un rôle essentiel pour l’information des personnes migrantes et leur accompagnement pour la demande d’asile, les inscrivant ainsi dans un réel parcours d’insertion. Nous ferons monter "cette politique [des CAO] en puissance" conformément au devoir républicain de l’accueil des personnes migrantes. 

Concrètement, une "maison des pouvoirs publics", installée sur le camp, permettra de promouvoir l’asile en France et d’acheminer les personnes migrantes vers les centres d’Accueil et d’Orientation (CAO).

La convention prévoit également des mesures pour garantir la sécurité des migrants et des personnes avoisinantes au campement. La gestion quotidienne et la surveillance sociale du camp sont confiées à l’association AFEJI, en complément des maraudes opérées par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII). La convention prévoit également que tous les enfants du campement en âge d’être scolarisés (de 6 à 16 ans) soient accueillis dans les écoles et collèges de Grande-Synthe à compter de septembre 2016, la ville s’engageant à mettre à disposition une navette du campement de la Linière jusqu’aux écoles concernées.

Au-delà de cette convention, l’État continuera d’améliorer et d’étendre le dispositif d’accueil des primo-arrivants, que ce soit dans le cadre de la solidarité européenne, ou pour les migrants qui continueront à arriver par leurs propres moyens et dont la situation relève de l’asile.

En réponse à la crise migratoire majeure que l’Europe traverse, et conformément à son histoire et ses valeurs, la France doit rester une terre d’asile pour ceux qui fuient aujourd’hui la guerre comme les persécutions.