Ordinateur et portable
17 janvier 2018

Fin des zones blanches : signature d’un accord historique

Un accord historique sur le déploiement de la téléphonie mobile a été signé entre l’État, l'Arcep et les quatre opérateurs. Objectif : en finir avec les zones blanches.
 

Qu’est-ce que les zones blanches ?

Les zones blanches ce sont des territoires qui n’ont pas accès à internet ou à un réseau mobile de qualité. Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, a rappelé la volonté du Gouvernement en déclarant que "la téléphonie et le numérique sont, à nos yeux, non pas un luxe mais un bien essentiel." Par exemple, 3 recherches d'emploi sur 4 se font aujourd’hui par internet.

Que prévoit l’accord entre l’État et les opérateurs ?

L’accord signé le 12 janvier entre l’État et les quatre opérateurs de téléphonie mobile a pour objectif de généraliser la couverture mobile de qualité pour l’ensemble des Français.



L’accord prévoit :
  • La fin des zones blanches : en 3 ans, autant de zones seront traitées que l’ensemble des programmes gouvernementaux depuis 15 ans car chaque opérateur fournira 5 000 installations supplémentaires.
  • La généralisation de la 4G : tous les sites mobiles seront équipés en 4G. Cela implique de l’apporter à plus d’un million de Français sur 10 000 communes.
  • L’accélération de la couverture mobile des axes de transport, notamment sur les lignes TER.
  • L’amélioration de la qualité de service : pour être considérée comme couverte, une zone devra bénéficier d’un service de bonne qualité.
  • La généralisation de la couverture téléphonique à l’intérieur des bâtiments, notamment en utilisant la voix sur Wifi.
Les opérateurs s’engagent à investir plus de 3 milliards d’euros supplémentaires. "L’État et les collectivités locales ne débourseront rien" a déclaré le secrétaire d’État Julien Denormandie.

En contrepartie, le Gouvernement a accepté le principe de renouveler les fréquences dont les opérateurs ont besoin pour exploiter leur réseau.

Quel suivi pour cet accord ?

Cet accord a été conclu sous le sceau de l’Arcep, l’autorité indépendante qui régule le secteur, et qui sera garant de l’accord. "Avec cet accord, les opérateurs s’engagent à investir beaucoup plus et beaucoup plus vite dans les infrastructures, et ce sur une base contraignante !" a souligné Julien Denormandie.

Ces déploiements se feront en toute transparence via le site monreseaumobile.fr.