Photo de Stéphane Le Foll à Caen le 21 juillet 2015
18 août 2015

Filière porcine

Stéphane Le Foll a réuni les acteur du Marché du Porc Breton. Une volonté collective pour trouver des solutions s’est manifestée.
 
Stéphane Le Foll a réuni le 17 août, à leur demande, les acteurs du Marché du Porc Breton afin d’envisager les solutions répondant à la difficulté dans laquelle se trouve le marché du Plérin suite à la sortie brutale de deux acheteurs liés au marché par convention. "La qualité de l’état d’esprit qui a présidé à ces échanges", "qui a permis d’aborder l’ensemble des sujets", mérite d’être soulignée. "Une volonté collective pour trouver des solutions" s’est manifestée.

Les discussions ont porté sur plusieurs sujets :

- L’avenir du Marché du Porc Breton :
  • Chacun s’accorde à dire que son maintien est nécessaire, même si des évolutions sont souhaitables. Elles seront discutées dans les prochaines semaines.
  • "J'ai demandé que les engagements de tous les acteurs qui sont sur le marché au cadran soient respectés, ça vaut bien sûr pour la Cooperl et pour Bigard".
  • Aussi, Stéphane Le Foll a reçu la Cooperl le 18 août et le groupe Bigard le 19 août, absents de la réunion du 17 août. L’objectif du ministre est de rassembler l’ensemble des parties prenantes tout en restant à l’écoute des difficultés de chacun.
- Le calendrier et objectif des rendez-vous à venir :
  • Réunion du 20 août avec les professionnels de l’alimentation animale.
  • Réunion du 27 août sur la mise en place des promotions du mois de septembre (rendues possible par l’arrêté pris en juin par Emmanuel Macron et Stéphane Le Foll), essentielles pour dégager le marché des volumes en stock dans les entreprises. "L'arrêté pris avec le ministre de l'Économie ne remet en aucun cas en cause la capacité à faire des promotions. Par contre, il les encadre".
  • Réunion du 27 août sur la rénovation des relations commerciales, indispensable pour réfléchir à de nouveaux modes de commercialisation et de relations contractuelles, pour plus de sécurité, de stabilité et visibilité pour les acteurs.
- Au niveau européen, Stpéhane Le Foll est engagé dans la préparation du Conseil européen du 7 septembre :
  • Un entretien téléphonique a eu lieu le 18 août avec Phil Hogan, Commissaire chargé de l’Agriculture.
  • Une rencontre avec l’Italie, l’Espagne et le Portugal se tiendra à Madrid le 28 août.
  • Une rencontre avec l’Allemagne et la Pologne (groupe "Weimar") se tiendra à Berlin le 31 août.
  • Des contacts avec les autres Etats membres auront lieu d’ici le 7 septembre.
Ces échanges doivent permettre de rappeler que l’Europe doit prendre des décisions pour soutenir les promotions à l’export et proposer des mesures pour alléger le marché européen. Stéphane Le Foll s’est également engagé à évoquer les problématiques de distorsions de concurrence fiscales et sociales notamment dans la filière porcine.

A plus long-terme, "des échanges ont eu lieu sur la stratégie définie pour la promouvoir la filière, qui s’appuie sur l’origine des viandes", "qui vaut pour l’ensemble des viandes et en particulier pour la viande porcine" :
  • L’État s’engage à poursuivre sa stratégie de valorisation de l’origine France des viandes, particulièrement sur la viande de porc. Une opération de promotion des Viandes de France aura lieu mardi 25 août à l’initiative des interprofessions.
  • François Hollande a indiqué le 17 août à Stéphane Le Foll qu’un décret de modification du seuil des marchés publics serait publié dès le mois de septembre afin de relever le seuil de passation de 15 000 à 25 000 euros et permettre ainsi d’encourager l’approvisionnement en produits locaux pour les collectivités.
Au niveau national Stéphane Le Foll a indiqué que le plan de soutien à l’élevage présenté en juillet 2015 entre dans sa phase concrète et que les premiers dossiers des exploitants traités au sein des cellules départementales d’urgence (pour les situations individuelles les plus critiques) se traduiront par le versement des premières aides dès septembre.

Enfin, il nécessaire de rappeler qu’en politique, "chacun à sa liberté de critiquer, mais il faut être cohérent. Si l’objectif de l’opposition aujourd’hui en critiquant l’action du ministre de l’Agriculture, c’est de proposer des menus végétariens" obligatoire dans les cantines, il "faut demander aux éleveurs de bien réfléchir, sur qui est cohérent et qui agit" pour sortir l’élevage français de la crise. "La défense de l’élevage, ça passe par la défense aussi, de la consommation de viandes en France, comme ailleurs. Et dans les débats qui auront lieu dans le cadre de la COP 21, des moyens seront trouvés pour associer à la fois l’élevage et en même temps les enjeux environnementaux".