Photo de réfugiés arrivant à Berlin le 7 septembre 2015.
10 septembre 2015

Faire face à l'afflux des réfugiés avec humanité et responsabilité

Les réfugiés accueillis en urgence par la France sont des ressortissants syriens et irakiens. Les premières arrivées (en Seine-et-Marne, Val d’Oise et Yvelines), se sont déroulées mercredi matin dans d’excellentes conditions.
 
En vertu du principe de solidarité et sur une base strictement volontaire, le président de la République a annoncé lundi que la France était prête à accueillir dans les meilleurs délais un millier de réfugiés pour soulager les efforts accomplis par l’Allemagne. En outre, la France honorera la proposition de la Commission européenne d’accueillir 24 000 nouveaux réfugiés en deux ans, dans le cadre du plan de répartition européen.
Les réfugiés accueillis en urgence par la France sont des ressortissants syriens et irakiens. Les premières arrivées (en Seine-et-Marne, Val d’Oise et Yvelines), se sont déroulées mercredi matin dans d’excellentes conditions.

La situation exige aujourd’hui de garder son sang-froid et le sens des responsabilités : en particulier, de rester ferme sur les principes, et de rappeler que le droit d’asile est un droit universel, sans distinction de religion. Elle exige aussi de répondre concrètement aux besoins matériels et financiers de l’accueil de réfugiés. C’est pour préparer tant l’accueil immédiat de ce millier de personnes que l’installation programmée de 24 000 nouveaux réfugiés d’ici 2 ans, que le Premier ministre a présidé mercredi une réunion à laquelle participaient l’ensemble des ministres concernés : Affaires étrangères, Affaires européennes, Intérieur, Logement, Affaires sociales, Education nationale et Budget.
 
Les ministres ont présenté au Premier ministre la nature et l’ampleur du concours que chacun de leur ministère respectif apporte à la préparation méthodique, à l’organisation et au bon déroulement des opérations d’accueil.

Dans l'immédiat, l’accueil se fait dans des bâtiments en dur de manière à assurer un bon niveau de protection, avec l’intervention d’associations et de structures d'accompagnement social. Cela permettra "dans un second temps", de loger ces familles "dans le parc social de droit commun", a expliqué Bernard Cazeneuve.
Aussi, l'Office français des réfugiés et apatrides (OFPRA) a délégué une mission à Munich, où il est proposé à des Syriens, Irakiens et Érythréens de venir en France au titre de l'asile. "Plus vite cet accès à l'asile sera possible, plus vite les dispositifs d'intégration pourront être mis en place", a ajouté le ministre de l'Intérieur.

Bernard Cazeneuve organisera samedi 12 septembre à Paris une réunion nationale de mobilisation avec l’ensemble des maires dont la collectivité est volontaire pour participer à l’accueil de ces réfugiés, dans le cadre d’un dispositif partenarial avec l’Etat. La réunion interministérielle de ce mercredi a permis de définir les mesures d’accompagnement financier que l’Etat proposera samedi aux communes volontaires. "Plus nous serons nombreux dans cette solidarité, plus nous serons efficaces".
Le préfet Kléber Arhoul, nommé coordinateur national, est l’interlocuteur de référence des élus et des préfets sur la question de l’accueil des réfugiés.
 
Enfin, les ministres ont évoqué la préparation du conseil des ministres européens de ce lundi 14 septembre :
  • Cette réunion européenne importante permettra aux Etats membres de se prononcer sur les propositions de la Commission en matière d’accueil des réfugiés.
  • La France insistera sur la nécessité d’un accord dans les meilleurs délais entre Etats membres pour que l’Europe se montre à la hauteur de ses responsabilités. Elle rappellera que le respect des orientations conjointement arrêtées par le président de la République et la chancelière allemande constituent des facteurs déterminants pour réussir à surmonter la crise migratoire actuelle.

Pour rappel :
  • la loi portant réforme du droit d’asile votée à une très large majorité en juillet 2015 permet de raccourcir les délais d’examen pour les ramener d’un délai de deux ans à un délai moyen de 9 mois au 1er janvier 2017. Des procédures accélérées sont mises en place pour écarter rapidement les demandes abusives et statuer en urgence sur les demandes manifestement légitimes.
  • les capacités d’hébergement sont renforcées. 4000 places de Centre d’Accueil pour demandeurs d’Asiles ont été créées en 2013 et 2014, et 4200 supplémentaires programmées pour 2015. Ce dispositif a encore été renforcé en juin avec l’annonce de la création de 11 000 places supplémentaires pour être en mesure de proposer un accueil digne et adapté à chaque situation. De nouvelles initiatives seront prises pour accueillir dignement ces réfugiés supplémentaires.
"Depuis le début de l'année, 350 000 personnes ont franchi la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. C'est 3 fois plus que l'année dernière", a rappelé François Hollande lors de sa conférence de presse le 7 septembre. "C'est une crise grave qui peut être maîtrisée, et elle le sera. La France est disposée à prendre sa part.   Le droit d'asile fait partie de son âme, de sa chair."