Photo de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur
30 juin 2015

Expulsion des prêcheurs de haine

Quand des individus étrangers prêchent la haine dans les mosquées, ils sont expulsés du territoire national. Depuis 2012, 40 l’ont déjà été.
 
Le ministère de l’Intérieur procède à l’expulsion systématique de tous ceux qui appellent au terrorisme, notamment dans les mosquées : 40 prêcheurs de haine ont été expulsés depuis 2012, soit 3 fois plus qu’au cours des 5 années précédentes.

"Depuis le début de l’année", a rappelé, le 29 juin, Bernard Cazeneuve, "il y a 22 dossiers qui sont en cours d’instruction et une dizaine d’imams et de prêcheurs de haine qui ont été expulsés". "Il n’y a pas un prêcheur de haine en France qui a vocation à rester en France". "S’il est étranger il est expulsé". Cela se fait "systématiquement".

"Des dossiers sont [également] en cours d’expertise" concernant la dissolution d’associations qui gèrent des mosquées où des messages incitant au djihad sont susceptibles d’être tenus. "Il faut empêcher d'agir les associations qui encouragent ou diffusent les appels à la violence", a déclaré, le 30 juin, Manuel Valls. "S'il faut les dissoudre, nous le ferons".
 
Bernard Cazeneuve a souligné que ces actions doivent se faire "dans le respect rigoureux des principes de droit en France". "Il y a eu des plaintes déposées au pénal au titre de l’article 40 du code de procédure pénale à chaque fois qu’il était constaté qu’un individu ou une personne appelait à la haine dans les mosquées en France." La ligne du Gouvernement est claire : toujours appliquer des décisions dans le respect du droit. Le droit est une arme contre le terrorisme.

Il n’y a pas de guerre entre des civilisations, il y a "une guerre entre la civilisation humaine et la barbarie". Il existe un conflit "entre la civilisation humaine dans la pluralité de ses composantes et des barbares abjects". "Cela doit être dit et qualifié. Il n’y a pas à faire de polémique sur ce sujet, c’est tout simplement la réalité". "Cette guerre sera gagnée parce que la civilisation, le respect du droit, la tolérance font face à la barbarie".